40 – Feuilleter

Le bruit sec du paquet de prospectus qui tombe dans la boîte aux lettres et c’est vite la petite porte intérieure qui s’ouvre, le paquet un peu épais des journaux gratuits et des offres de pizza à domicile dans la main de l’homme et, comme chaque semaine à l’heure dite, le catalogue des promotions hebdomadaires… Poursuivre la lecture de 40 – Feuilleter

Publié le
Catégorisé comme Carnet

39 – Lecture

Le texte du carnet d’écriture est parfois un peu violent, comme celui-ci. C’est dans la merde infâme du lit des rivières stagnantes que s’écrivent les livres qui noient les lecteurs. On les y retrouve entre deux eaux, la gorge obstruée d’étrons, les yeux révulsés, le cerveau attaqué par des vers de vase affamés. Leur peau… Poursuivre la lecture de 39 – Lecture

Publié le
Catégorisé comme Carnet

38 – Instructions au lecteur

Pendant que vous lirez ces lignes, sucez je vous prie, le jus d’une cerise. Francis Picabia, {Jésus-Christ rastaquouère} Ce n’est pas ton premier livre, et l’on peut considérer qu’en la matière tu as de l’expérience. Une expérience bien supérieure à la mienne : tu as lu plus de livres que je n’en écrirai jamais. Reconnaissons-le.… Poursuivre la lecture de 38 – Instructions au lecteur

Publié le
Catégorisé comme Carnet

37 – La plage

L’homme est assis dans le sable, les reins contre la dune qui le protège, presque à la verticale. Ses jambes enfouies forment un nœud, une tresse, il ne saurait démêler les racines profondes qui l’ancrent, le contraigne, yeux ouverts face à la mer, séparé d’elle par la plage horizontale, et ce qui sort de l’eau,… Poursuivre la lecture de 37 – La plage

Publié le
Catégorisé comme Carnet

36 – Le chat

Il y a ces légendes sur les chats, et leur nombre de vies. Six, sept ou neuf, selon les régions du monde. Jamais moins, jamais plus. Ce que je sais depuis près de 80 ans, c’est que le chat est toujours là. Toujours le même, et que face à l’impossibilité biologique d’un chat qui vivrait… Poursuivre la lecture de 36 – Le chat

Publié le
Catégorisé comme Carnet

35 – Action !

Elle ne bouge pas. A peine un battement de cil, un pincement du coeur, une respiration lente : ce que le corps humain fait de mieux en matière d’immobilité. Le monde peut bien s’affairer. Immobile. Tout son poids enfonce le coussin prêt à exploser. Absence totale de réaction, à se demander s’il ne faudrait pas… Poursuivre la lecture de 35 – Action !

Publié le
Catégorisé comme Carnet

34 – Un nuage

Par le cadre de la fenêtre, rien qu’un carré de ciel bleu et un nuage, petit, joufflu, un nuage de livre d’enfant, blanc, perdu, un nuage orphelin qui avance doucement : il est apparu au battant droit et a fait la moitié du chemin vers le mur gauche sans que sa forme varie. Marie regarde… Poursuivre la lecture de 34 – Un nuage

Publié le
Catégorisé comme Carnet

32 – Cirque

L’homme est un équilibriste, un clown, un trapéziste. Il porte un nez rouge et a dessiné sur sa joue blanche une larme au crayon noir. C’est un cascadeur dresseur de chiens, un inconscient qui met sa tête dans la gueule du lion et laisse la trompe de l’éléphant traîner dans sa poche pleine des friandises… Poursuivre la lecture de 32 – Cirque

Publié le
Catégorisé comme Carnet

31 – L’emporter

L’homme l’emportera sur le virus, il le sait. C’est statistiquement prouvé : il n’a pas l’âge de ceux que la maladie broie comme du petit bois, dégomme comme une quille au bowling, explose comme une courge trop mûre. L’homme est costaud, carré, vivant, en bonne santé, dans la fleur de l’âge, au sommet de son… Poursuivre la lecture de 31 – L’emporter

Publié le
Catégorisé comme Carnet