234 – Faillir

Navré de n’avoir pas su

Désolé d’avoir failli

Ça aurait pu si l’on avait voulu

Il aurait fallu

Je n’étais plus en état

Poussé si loin le bouchon qu’il a coulé

Boulé

Tourneboulé

Les jambes dans le vide

La tête dans l’acide

Macération des tropes psychotropes

Les nébuleuses défaillances

Des défiances

On aurait voulu que ça aille

Au bout

Mais je n’ai pas sauté

Et parfois je regrette

Encore

Mais du moment dépassé

De la noyade

Reste un arrière-goût de vase

Des larmes d’huiles asphaltées

Ça donne à la vie un arôme

Brûlé

Au ciel des couleurs bitume

Et sous les ongles les graviers des rives polluées

Rayent mes paumes en poings serrés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut