216 – Dans ces bras-là

Assis à la pointe de l’île

Sur un banc blanc

Un bras de la Seine à droite

Un bras de la Seine à gauche

Regard tourné vers l’aval

Je te sais un peu plus loin le long du fleuve

Où l’eau ne me portera pas

—-

Si je pleure ici

Plus tard bien plus tard

Mes larmes passeront sous tes yeux

Sans que tu les vois

Seuls les bras de la Seine

Me consolent

Et le soleil sur ma nuque

C’est le même pour toi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut