Le retour de la momie

Dans Tristesse d'été, Stéphane Mallarmé nous donne à lire ce qui semble un zeugme dans la plus pure tradition :

    Nous ne serons jamais une seule momie
    Sous l'antique désert et les palmiers heureux !

Un zeugme si l'on accepte en effet que grammaticalement, on peut bien être sous des palmiers, mais plus difficilement sous un désert.

Sauf lorsqu'on est une momie, justement. Enterrée sous le sable du désert. Du coup, la chose se tient seule : puis qu'il s'agit d'une momie, elle pourrait être sous le sable et les palmiers. Et il n'est pas besoin d'aller chercher dans l'antique désert une figure imagée, une image mallarméenne dont il s'agit pourtant, pour résoudre l'apparente contradiction du zeugme. Il s'agit sans doute juste du retour de la momie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.