Il a marché, ton livre ?

Où l’auteur donne les chiffres de ventes de Mum Poher et détaille un peu comment il a vécu ça.

Oh, la question piège ! « Il a marché, ton livre ? » Ce passé composé : ça y est, c’est fini. Il a marché, ou pas. Mais aujourd’hui, ce serait joué. Pas faux : la durée d’attention après la sortie d’un livre, c’est court. Quelques semaines. Guère plus. Celui-là est sorti début septembre, on pouvait espérer des ventes jusqu’à Noël, avec un bon bouche à oreilles, mais pas plus. Donc, c’est joué. Et vous savez si vous me suivez depuis un moment que je suis du genre transparent sur ces questions.

Alors je réponds oui. Ou non. Selon l’inspiration du moment. Non, il n’a pas marché. Une centaine de ventes. C’est peu. Les ventes d’un premier roman se situeraient, en moyenne, entre 500 et 800 exemplaires (en moyenne…). Je n’y suis pas. J’avais dis que si j’en vendais une trentaine, ce ne serait pas si mal. J’espérais un peu plus, ça m’apprendra à faire le malin.

Une centaine donc. Ce qui est drôle, c’est qu’à un ou deux près, je connais tous les gens qui l’ont acheté, à qui d’autres l’ont offert. Allez, peut-être une dizaine que je ne connais pas, ou dont j’ignore l’identité. Pas dépassé le cercle proche, ou à peine.

Il faut dire que je n’ai pas eu de chance : l’annulation de ce que je considérais comme le vrai lancement du livre. Une rencontre avec les lecteurs à la librairie L’Armitière, la plus grande de Rouen. Mais au lendemain de l’incendie de Lubrizol. On m’avait promis qu’on trouverait une autre date. Et puis le temps a passé, et on ne m’a rien proposé. C’est la vie. J’en ai croisé des qui m’ont demandé quand ce serait la signature pour acheter le livre à cette occasion. Mais ce ne sera pas possible. (Nota bene : je n’en veux pas à L’Armitière, je comprends, c’est comme ça, les impératifs, et puis plus le temps passe moins ça a de sens, mais ils ont été plus que sympas : une belle pile de Mum Poher sur la table des romans, au rez-de-chaussée, le livre était là, les lecteurs n’avaient qu’à tendre le bras). Pas de chance non plus côté presse. Un passage sur France Bleu, très bien, mais en pleine crise Lubrizol à Rouen, c’est passé inaperçu. Un jeu concours sur le groupe Facebook du Figaro ? Pas de bol : ils oublient d’envoyer les livres au lecteurs. Quand ça veut pas… Le livre déposé dans la boîte aux lettres d’un rédacteur-en-chef local ? Rien, nada. Il n’aura pas pris le temps. Je soupçonne même ceux qui auraient aimé le descendre en flamme de ne pas avoir trouvé l’occasion. Un autre, qui parle de tous les livres qu’il reçoit sur le web, n’aura pas parlé de celui-là. Passé entre les mailles du filet. Tel autre qui m’avait promis une interview, aura finalement coupé court. Pas de chance, je vous dis. Et il en faut un peu.

Le plus dur n’est pas là. Car si je connais tous mes lecteurs, je connais encore plus de gens qui n’ont pas eu la curiosité de lire le roman. Et ça, c’est un peu plus dur. Le monde s’est divisé sans que je le veuille en deux catégories : ceux qui se sont intéressés, et les autres. C’est encore poreux, on peut encore passer d’une catégorie à l’autre (dans un seul sens), mais je n’avais pas anticipé ça.

Si vous n’avez pas acheté Mum Poher et qu’on se connait, ne croyez pas que je vous en veuille personnellement. Même si j’aurais aimé avoir l’avis de certains (et certaines, oui, parce que le contenu fait que l’avis des lectrices m’importe particulièrement), je peux comprendre que je ne suis pas le centre de votre monde (dans la même mesure que la plupart des gens peuvent comprendre qu’ils ne sont pas le centre du monde, c’est dire si c’est relatif). Bref, je n’avais pas anticipé cette petite voix au fond de mon crâne, cette litanie sans fin. C’est peut-être le début d’une maladie mentale : la liste infinie qui défile de celles et ceux qui n’ont pas encore lu mon roman. Mais j’espère. Après tout, je ne compte pas le nombre de livres que je n’ai pas lus aujourd’hui et que je lirai un jour. C’est pareil pour vous, non ?

Parfois, j’ai croisé un ou une qui m’a dit : « je suis entrain de lire ton livre ». Je ne cache ni ne boude alors mon plaisir. Je raye aussitôt son nom dans la liste des non-lecteurs avec délectation (sauf que parfois, je n’avais pas pensé à mettre cette personne dans la liste, et, du coup, je perds le plaisir de l’en soustraire). Et la litanie recommence : si un exemplaire correspond à untel ou unetelle, alors il y a moins de chance encore que les autres aient lu. Mais que suis-je pour eux ? Mais que suis-je pour elles ? C’est pitoyable, je sais. Je pourrais faire de cette amorce de maladie mentale un prochain roman, ce ne serait pas tout à fait perdu. J’ai le pitch : cet auteur établit une liste de ses lecteurs. Nom après nom, il la tient à jour au plus près possible de la réalité. Mais ce sont les noms qui ne sont pas dans la liste qui le hante. Jusqu’où ira-t-il, en élargissant petit à petit le cercle autour de lui pour contraindre chacun à se plonger dans la lecture ? Désolé si je vous fais peur. Je n’en suis pas là. Je vais bien. Je vais bien, je vous dis. C’est comment votre nom déjà ?

Pire à vivre : tous les « je vais l’acheter », « tu peux me redonner le lien ? »… Et dont je sais que non, en fait, parce qu’il n’y a pas eu de ventes, depuis, ou si peu, et que je sais qui. Vous avez été polis, sympathiques, peut-être même sincères, sur le moment, mais vous êtes passés à autre chose (ce ne sont manifestement pas les autres choses qui manquent). En mon fors intérieur, j’espère que vous avez juste temporisé, alors, je vous redonne le lien. (Et n’oubliez pas de me donner votre nom après l’achat : c’est pour tenir ma liste à jour).

Donc, Mum Poher serait un échec. Le livre n’aurait pas marché ? Une centaine d’exemplaires, un tout petit peu plus de lectrices et de lecteurs (parce que les gens prêtent les livres, les bougres…) Ce n’est pas si mal pour un premier roman (certains font pire, j’en suis sûr). C’est peu, aussi.

Mais je suis content, en fait. D’abord parce que le livre existe. C’est peut-être bête, mais c’est sans doute ce que j’ai fait de plus important, de mon point de vue (pas encore partagé par grand monde, c’est vrai, mais comme on se regarde dans la glace, ça compte aussi).

Ensuite, Mum Poher a rencontré des lecteurs, des lectrices. Des qui m’ont dit qu’ils avaient été épatés, d’autres touchés, certains qui en ont offerts à Noël, d’autres qui l’on prêté à leurs parents à leurs amis, pour partager ça. C’est pour ça que je dis que le livre a marché, parfois. Parce qu’il y a ces retours. Comme je ne suis pas à une contradiction près, je suis souvent gêné quand le compliment arrive, je ne sais pas très bien comment réagir. Mais c’est important. Il y aura eu ces lectures, ces gens que je connais pour la plupart, mais dont certains n’étaient pas des proches du premier cercle et avec qui je partage ça, cette histoire apportée à leur imaginaire, ce moment passé avec Mum Poher, cette connaissance commune des ressorts de l’histoire.

Ils ne sont pas des milliers, pas encore. Il ne seront sans doute jamais beaucoup plus nombreux qu’aujourd’hui. Mais ils sont là. On partage un truc. Et alors, oui, il a marché ce livre. Il les a embarqués, emportés. On a fait ce bout de route ensemble.

Et puis il y a eu de bons moment, une lecture en petit comité début septembre, un pitch devant des relations professionnelles. Quelques occasions de parler du livre, de le défendre. Merci, merci pour ça. Merci pour les quelques articles en ligne, le concours sur Instagram, les tweets sympathiques et les statuts sur Facebook. Et ce n’est peut-être pas fini. Ce n’est jamais vraiment fini. « Est-ce qu’il a marché, ton livre ? » Oui, et il est toujours debout, toujours là, et il n’avance que grâce à toi. C’est toi, et personne d’autre, qui décide qu’il marche ou pas.

Ah, et je vous entends, vous, là-bas, au fond : « et tout ça ce n’est pas tout simplement parce que le livre est mauvais ? » Ben non. Le livre est bon. Sacrément bon. Comment imaginer un instant que je puisse avoir un autre avis sur la question ? Lisez-le. Vous verrez.

Rejoindre la conversation

12 commentaires

  1. Je n’ai pas acheté votre livre, vous n’avez pas acheté les miens.Et pourtant j’ai lu depuis beaucoup de livres qui ne valaient peut-être pas le votre (le dernier 404 de Sabri Louatah qui m’a bien déçue. Un vrai sujet de réflexion sur ce qui fait le « succès » d’une édition ! la qualité du contenu, la tête de l’auteur, son réseau, la couverture, le titre, la publicité, la distribution ? Passer par un petit éditeur n’a pas l’air plus efficace que de s’autoéditer. Moi aussi, j’aimerais bien connaître la recette et j’attendais beaucoup de vos conseils en stratégie éditoriale. En tout cas merci pour votre honnêteté. Bonne continuation et on se tient au courant.

      1. Oh, ne vous sentez pas obligée. Ce n’est pas drôle, les obligations. Mais, oui, vos nouvelles en 3000 signes, et vos voyages sur la ligne 21. L’homme au chapeau de paille, les chauffeurs qui écrivent des livres, la lettre à Rousseau… De belles choses.

      2. Acheté (e-book) et lu (je lis vite). Qu’en dire ? Ce qui m’a le plus intéressé, c’est lorsque l’auteur parle de lui et dit (pas assez) son malaise et l’étonnement qu’un homme de 50 ans ait les références d’une femme de 70 ans (moi). La fille du Nord d’Hugues Aufray ! « Si tu passes là-bas vers le Nord où les vents soufflent sur la frontière … ». Pour tout dire l’histoire de Mumpoher ne m’a pas passionnée, aussi extraordinaire qu’elle soit (et vous dîtes trop souvent ne pas y croire).
        J’aimerais lire « votre » roman, celui où l’auteur se déboutonne vraiment. Nous en sommes tous là et je n’ai pas la prétention de faire mieux. N’hésitez pas à critiquer mes propres écrits. Ras le bol des avis de complaisance.

      3. Ah, vous avez lu vite, mais repéré Hugues Auffray, c’est déjà ça. Evidemment, il y a ce jeu de références plus ou moins cachées, et c’est là le fil Bob Dylan qui est tiré tout le long du roman. La Fille du Nord est sur cet album-là d’Auffray qui rend hommage à Dylan. Pour le reste, beaucoup de travail sur les références, oui, mais pas plus compliqué que pour un roman historique, hein… Et le jeu est que ça n’alourdisse pas l’ensemble mais lui donne une structure, une colonne vertébrale : que « ça » tienne. Juste une précision « je » ne dis rien dans ce roman (le narrateur dit des choses, oui, qui ne me concernent pas toujours…) Le roman n’est pas un lieu où je me déboutonnerai en tout cas. Je n’en suis plus là. Il ne s’agit de moi qu’à la marge, et c’est bien ainsi. C’est une construction, pas une thérapie. La place offerte au lecteur, à la lectrice, m’intéresse bien plus que la place que je pourrais y prendre.

  2. Merci pour ta franchise, Sébastien. Que cela fait du bien de lire autre chose que des fanfaronnades ! Merci aussi pour ton humour et ta sensibilité, je m’y projette bien ! Rude destin que celui de l’écrivain, d’autant que, et même si, le succès ne rime pas forcément avec « « bon livre » » et inversement comme l’évoque Danièle. Je m’étonne que tu n’évoques pas l’impact de l’autoédition, même si l’édition ne garantit en rien le succès, comme l’évoque aussi Danièle. Je fais partie de ceux qui l’ont acheté sans encore le lire, tu n’as pas l’air de tenir cette liste à jour : ouf ! 😉

    1. Merci Muriel. Concernant l’impact de l’auto-édition, c’est que je ne vois pas le lien. Ni dans un sens, ni dans l’autre. De gros succès d’auto-édition, des flops de l’édition traditionnelle. Il y a les deux. J’ai quelques beaux succès dans l’édition classique (de quoi fanfaronner), je ne pense pas que l’auto-édition soit un handicap pour un premier roman. Bref, je ne vois pas bien quel impact cela pourrait avoir. Je manque d’éléments là-dessus.
      Te reste à le lire, donc. Tu devrais : on m’en a dit le plus grand bien.

  3. J’ai lu ton livre avec un grand intérêt, cette lecture fut un réel plaisir. J’aime ton écriture. Surtout ne te décourage pas. Continue de nous faire découvrir les univers où nous mènent tes mots. Il fait si bon s’y promener.

  4. La version numérique vient d’être ajouté dans ma liseuse 😉 Je t’en ferai certainement plein de compliments lors des 12h de l’agilité. A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.