Au portail

Portail Donner accès et séparer. Ouvrir et fermer. La porte à double-battants cache, occulte le territoire qu'elle définit à géométrie variable. A l'heure dite, à la minute sonnante, elle se rabat, laisse passer ou interdit le passage. On pourra toujours crier, agiter le heurtoir, trépigner. Tant que le moment n'est pas opportun, la porte restera fermée. Juste la fente du courrier.

Une sonnette de plastique grise, anachronique, et qui n'existait pas, permet sans doute la gestion des exceptions.

Ouverte, effacée, la porte béante absorbera ou déversera une horde brayarde et colorée. Petits drames. Petits miracles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.