214 – jusqu’à

Combien sont-ils

À avoir espèré

Jusqu’à leur dernier jour

Leur dernier souffle

Un signe

Rien qu’un signe qui dise

Qu’ils n’ont pas souffert seuls

Et que dans le désastre total

D’une vie broyée

Par la crasse

Quelque chose a peut-être affleuré

Juste sous la surface

Et que cela suffit

À justifier l’absurde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut