125 – Manque

Un nouveau monde strictement identique au précédent

Sauf ton absence

C’est la trace que tu as laissée

En passant

Tout est pareil et les objets exactement à leur place

Et les gens aussi semblables qu’ils peuvent l’être

Comme avant

Mais tu n’y es pas

Tu as laissé un vide que je suis seul à voir

À souffrir

Ce n’est pas un poème

Écrire que tu n’es pas là

Chaque minute de ton absence prend l’espace en otage

Personne pour savoir le fer rouge qui fouraille le cœur

À peine apparue

Tu as tracé dans l’air la forme d’un possible

En reste l’empreinte invisible

Rien d’autre

Je suis seul à savoir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut