101 – Douceur

Je voudrais te parler doux

À l’oreille

Et que tu laisses couler les mots

Sans résister

Ils ne t’engagent à rien

Ils sont juste le miel

Et la chaleur

Ils sont soleil

Étoiles et lune

Les vents et ces nuages si hauts et si seuls

Qu’ils disent le bleu du ciel

Et rien d’autre

Je voudrais dans ton oreille

Les vagues et puis l’écume

L’odeur du large

Les pays lointains aux musiques inconnues

Le tintement de clochettes d’argent

Le battement de cœurs nostalgiques et sûrs

Que tu laisses couler les mots qui disent le monde en paix

Les mots du bonheur sans menace

Les mots simples des jours sans risques

Les mots des étés tranquilles

Des soirs à feu de camps

Des petits matins aux promesses tenues

Ils ne t’engagent à rien

Les mots du monde que je voudrais t’offrir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut