Tennis

Tennis 600

J'ai joué dans une salle détruite, moquette au sol, machine à envoyer des balles à la volée, vestiaires sans âme. Une heure par semaine durant des années. Aujourd'hui herbes folles, mousses, lichens. Des lignes tant de fois parcourues, les traces s'estompent. Les terrains extérieurs mangés, zone de jeu dévoyée, friches à peine entretenues. Que reste-t-il de nos suées ? Revers de fortune rendu à la nature. Avant quoi ? Un parking, une école… Qui se souviendra du hangar ? Des carrés de béton ? Ici, le territoire est palimpseste sans mémoire. En cours de mutation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.