Surtout, ne rien dire

Il y a quelque chose de frustrant lorsqu’on travaille sur un nouveau projet que l’on croit, c’est bien le moins, promis à une destinée heureuse. Frustration de ce moment où tout commence à se caler bien comme il faut mais où il est encore trop tôt pour parler. Ne rien dire, ne rien dire, et sentir les doigts qui vous démangent d’écrire ce que vous allez lancer, avec quelques autres, dans deux ou trois mois.
Alors, pas d’autre choix qu’un billet pour ne rien dire d’autre que le plaisir de travailler sur un projet.
Allez, je peux tout de même avouer qu’il y aura un blog. Et que ce sont les enfants qui devraient être contents… Mais, chut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.