Rédacteur web expert

coktailParfois, un peu de clarification s’impose. Cela m’est tombé dessus sans vraiment prévenir. Un cocktail, des porteurs de projets, des chefs d’entreprises, et puis voilà, des gens qui ne me connaissent pas, que je ne connais pas. C’est pour ça qu’on est là : rencontrer des gens. On ne rencontre jamais assez de gens. Individuellement, les gens sont souvent formidables.

Il faut se présenter. Et vous êtes ? Je suis… C’est compliqué… Et là, ça commence mal, en terme de communication, c’est même la cata. Je suis un peu ceci, un peu cela, et puis je fais ça aussi. Je commence à lister mes compétences, et puis à dérouler mon CV, et puis non, je n’ai même pas de cartes de visite. Une horreur. Si un intermittent de la restauration arrive avec un plateau de petits fours à ce moment là, mon interlocuteur a toutes les chances de plus s’intéresser à une branche de céleri laquée qu’à moi.

Il faut donc clarifier. Ce que je fais ? J’écris. Et Je gagne ma vie parce que l’éditorial, notamment lorsque ça rime avec digital, ça me connait. Donc, rédacteur web. Mais expert (20 ans d’expérience, ça compte, non ?). Et, à partir de ça, je fais d’autres choses. Je peux écrire sur tous les supports, faire du community management, gérer des projets éditoriaux, développer des stratégies éditoriales, j’ai une vision assez précise de ce qu’est le référencement naturel… Je maîtrise les techniques journalistiques, et je comprends même lorsqu’un informaticien essaye de communiquer avec moi (enfin, la plupart du temps). Ajoutons-y un mot à la mode, puisque la base de tout cela, c’est raconter des histoires, vos histoires : storytelling. Mais partons sur Rédacteur web expert. Du coup, je fais de la formation, aussi, mais c’est parce que j’ai une expertise, donc ça se tient.

Est-ce que c’est plus clair ? Je suis un rédacteur web expert. J’écris. Pour des gens. Sur des supports numériques. Des sites, des réseaux sociaux, des applis… Parfois sur du papier. Et je connais plutôt bien tout ce qui tourne autour de ça. J’écris même des livres, c’est dire.

Ce qui n’est pas mal, une fois arrivé là, c’est que je vais pouvoir me faire des cartes de visite. Ce sera encore plus simple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *