Avec la gueule de mes textes

Sur l'air du Métèque, de Moustaki

Avec la gueule de mes textes,
De mes romans, mes pâles sextes
Et mes écrits aux quatres vents
Avec mon encre délavée
Qui me donne l'air de crever
Moi qui n'écris plus souvent
Avec mes mains de scribouilleur
D'écrivain vain, de rimailleur
Qui ont pillé tant de refrains
Avec ma page qui a plu
Qu'on a effacé et perdu
Sans jamais marquer le mot fin

 

Des candidats pour détourner les strophes suivantes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.