6 mars – Colette

Le médecin m’a dit : plus de gras. Des légumes à la vapeur, un peu de féculents, mais pas de gras. Mes artères se bouchent. C’est un problème. Si je continue comme ça, j’en ai pour deux ou trois ans, pas plus. Le corps a ses limites. Ma volonté aussi. J’ai envie de gras, et si je meurs étouffée dans le formage fondu, au moins j’aurais vécu. Je ne veux faire de peine à personne. Qui comprendrait ? Officiellement, je suis mon régime objectif zéro lipide. Mais je réchauffe mon welsh en cachette, je le mange en loucedé, je me goinfre en catimini, j’ai le bonheur clandestin. Je mourrai j’ai bien compris, mais je protège mes proches : ils ont l’impression que je me bats pour eux, que je fais le maximum, que je ne veux pas les abandonner. Je trouve leur affection insipide, mais je ne suis pas odieuse au point de le leur dire. J’ai le cholestérol pitoyable.

1 commentaire

  1. Ce matin je reçois une publicité de welsh au cheddar. En acheter pour me remonter le moral? Hier Olivia m’ a laissé en plan avec ma montagne de carottes. J’espérais qu’elle passe la nuit avec moi, mais elle s’est vexée quand je lui ai déclaré qu’elle aurait pu m’apporter une bouteille de cet excellent vin que nous avions bu ensemble à Palerme à la place de cette montagne de carottes. Si j’étais raisonnable je finirais le veau et le gâteau d’hier. Mais non, pas deux jours de suite une nourriture de malade. Du gras, du consistant aujourd’hui. Et puis demain j’espère recevoir une publicité pour un appareil à faire du jus de carotte, ça m’arrangerait bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.