19 mars – Sibylle

J’aime quand c’est tellement beau que les yeux des enfants se mettent à briller. Oh ! Le beau gâteau. C’est de toutes les couleurs, et je fais des dessins. Ça pétille, et ça met du bonheur dans les regards. Les plus beaux des gâteaux, c’est chez moi qu’ils les mangent, et ils s’en souviennent pour toujours, les petits anges. Lorsqu’on vient chez tante Sibylle, il y a toujours un cake de compète ! Voilà, c’est la tradition. Deux fonds de génoise, de la crème au beurre, un glaçage et des paillettes, des étoiles, des pépites comme un feu d’artifice. Ils adorent. Moi, je n’en mange pas : le diabète. Je me donne tout ce mal pour eux. Je mange des pommes, ou des bananes. Mon bonheur est dans les grosses parts que je coupe et distribue à qui en veut. De bonnes grosses parts de gâteau. Et je les ressers jusqu’à ce qu’ils n’en puissent plus. Et encore. Peu importent si leurs parents râlent un peu. Je les gave de sucre. Un jour, ils n’en pourront plus. Comme moi. Il n’y a pas de raison qu’ils s’en sortent mieux. Ils sont monstrueusement gourmands et ils l’auront aussi, le diabète. Et le cholestérol, en prime. Je suis généreuse.

1 commentaire

  1. De la décoration pour gâteau! Et quoi encore? C’est bon pour les maladroits qui veulent cacher un accident de cuisson ou un goût désagréable. Couleurs criardes, excès de sucre. Bon, mes enfants ne me trouvent pas drôle, ils râlent, ils voudraient que je ressemble aux autres parents. Vêtements à la mode, téléphone dernier cri, leurs rêves me désolent . Pour une fois, je vais acheter un cornet de billes de couleur qui masqueront mon chef d’œuvre, mais ils seront contents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.