17 décembre – Gaël

Poisson frais tranché fin, filet de citron et vinaigre balsamique, copeaux de parmesan, peut-être un peu de poivre blanc, et tu l’aurais, ton carpaccio de saumon, tu l’aurais préparé toi-même et tu aurais cette fierté du fait main, du fait maison, l’orgueil un peu, parce que tu ne te sais pas cette capacité à cuisiner, et parce que tu n’imagines pas que c’est aussi facile et qu’il suffit de si peu alors tu te tournes vers le préparé, le tout prêt, le facile à ouvrir et tant pis si c’est aussi l’industriel trop salé aux exhausteurs de goût, aux colorants artificiels dont on ignore la provenance exacte et qui n’offre que le minimum de points communs avec la gastronomie, avec les traditions, avec le haut de gamme auquel, pourtant, tu pourrais prétendre sans exploser totalement un budget auquel il est tout à fait compréhensible que tu sois attentif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.