On est peu de choses

Lors d’un passage chez moi, entre deux moments de vacances, j’ai eu la désagrable surprise de n’avoir plus de tonalité sur la ligne téléphonique de mon bureau. Adieu les heures prévues à gérer mes mails et autres agrégateurs dans de bonnes conditions. Je me rabats sur une connexion de secours, et c’est moins confortable.

Le technicien de France Telecom vient de passer. Il faudra encore quelques jours : "on" a sectionné mon câble téléphonique dans la rue derrière chez moi. "On" est un petit délinquant, sûrement. "On" ne sait pas quoi faire pour s’amuser l’été sous la pluie. Alors "on" sectionne des câbles, "on" tire dessus…

Et moi, éloigné de mon PC, contraint de camper sur un autre, bivouaquant (joli mot…) contre mon gré sur un clavier qui ne m’appartient pas, me voilà pensant que finalement, on est peu de choses. Et que nos destins, pour de bon, ne dépendent plus que de quelques câbles.

Que mon client estival ne s’inquiète cependant pas trop : je ne manque pas de solutions de repli. "On" ne m’aura pas aussi facilement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.