La mort d’un disque dur

Je sais, je sais : il faut régulièrement sauvegarder ses données. Hier, mon disque dur est mort, semble-t-il de sa belle mort. Et j’ignore aujourd’hui ce que je pourrai sauver.
Evidemment, ça tombe très mal. Demain, j’assure une formation sur l’écriture Web au CFPJ, une belle formation de trois jours, et je me retrouve, avouons-le, un peu coincé… Ca ne va pas être facile.
Ce soir, je dois également m’occuper, normalement, du lancement de Grand-Rouen.com, qui doit être en état de marche demain matin. J’ai une newsletter à envoyer pour un client, et puis un article qui était écrit, mais pas sauvegardé en double, à envoyer à un hebdo…
Fichtre, tout cela est plus ou moins en plan.
La nuit promet d’être longue. Et je prends demain matin un train à 6h40 pour Paris.

Il y a des moments comme ça, où il faut savoir rester zen…

Sinon, ça va bien.

Rejoindre la conversation

6 commentaires

  1. J’ai lu dans des magazines sérieux qu’en toute dernière extrémité, un disque dur quasi-mort mis sous plastique et placé une ou deux heures dans un congélateur (sic!) pouvait rendre un dernier soupir utile pour sauver qqs données. A tenter?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.