J’ai pensé que #242

J'ai pensé que, petit à petit, on perdait en vieillissant la santé nécessaire à finir seul, jusqu'à l'os, une côte de boeuf de trois kilogrammes. Et qu'il faudrait rester jeune.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.