Dix stagiaires, deux blogs et un formateur

Mercredi 30 novembre 2005, je donnais donc une formation au CFPJ, une journée sur l’écriture pour le Web. J’ai inauguré, pour l’occasion, une nouvelle méthode pédagogique. La salle étant équipée d’un ordinateur par stagiaire, connecté à Internet, plus un pour le formateur, tout allait pour le mieux. (En fait, il manquait un ordinateur, mais ça n’a pas posé de problèmes insurmontables).
Cette méthode, je ne suis pas vraiment le premier à l’utiliser : Joël Ronez l’a fait en premier, mais j’ai apporté quelques modifications.
Avant la formation, j’ai créé deux blogs. Un blog pour le formateur, avec une note pour chaque partie du cours, reprenant ce que j’avais à dire. Un aide mémoire, quoi. Cet aide mémoire, pour une première fois, n’était pas très étoffé mais le blog permet en fait de se constituer une banque de ressources qui contient des réponses à la plupart des questions que pourraient poser les stagiaires.
Sur le deuxième blog, rien, ou presque, en apparence, au début de la formation. En fait, j’ai mis en mémoire une banque d’exercices et de corrigés, une note par exercice, une note par corrigé. Résultat, arrivé au moment de l’exercice, je mets la note en ligne, et les stagiaires peuvent communiquer le résultat auquel ils arrivent en commentaire. C’est simple, et diablement efficace, puisque chaque stagiaire peut prendre connaissance, devant son écran, des propositions de autres, ce qui simplifie diablement la phase de commentaires sur les propositions de chacun : tous les stagiaires, comme le formateur, ont le texte sous les yeux. Puis, après les commentaires, la proposition de corrigé, qui est elle même soumise à la critique.
Résultat, j’arrive quasiment les mains dans les poches en formation, détendu, sans me perdre dans mes papiers (ce que je fais très bien).
Les stagiaires produisent des résultats immédiatement présentable, ils ont accès aux propositions de tous les autres. Et le blog reste même ouvert après la formation, pour que chacun puisse aller y puiser, au besoin, et se rafraîchir la mémoire.
Pour le formateur, l’intérêt n’est pas moindre. Et notamment parce que le blog qu’il se réserve à lui-même s’enrichit au fil du temps et qu’il peut même l’anoter en cours de formation pour améliorer encore sa démarche pédagogique.
Enfin, les stagiaires étaient enchantés. Et ça, ce n’est pas désagréable.

Rejoindre la conversation

5 commentaires

  1. Ecrire pour le Web au CFPJ

    Série de plusieurs formations Rédiger pour le Web au CFPJ et au CFJ. Des cours que nous donnons avec Joël, Sébastien et Jean-Marc.
    Comme Joël et Sébastien, jutilise différentes aides pédagogiques en ligne :
    un blog pour …

  2. Bonjour,
    Je suis actuellement en formation pour devenir formatrice en informatique. Je cherche un thème de mémoire pour mon examen. Pouvez-vous m’aider.
    Merci d’avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.