Des millions et des truffes

Pour la fine bouche et les portefeuilles amaigris, un zeugme d'Honoré de Balzac, tiré de Splendeurs et Misères des courtisanes (1847) :

Il est dix heures, vous avez fini de dîner à neuf heures chez du Tillet avec votre pigeon, le comte de Brambourg, vous avez des millions et des truffes à digérer, repassez demain à dix heures.

Des millions et des truffes ? Voilà qui va sans doute ensemble, mais ne se digère pas de la même manière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.