De l’élévation de l’esprit et des chats siamois

 

Sur le site de l'Oulipo, Marcel Benabou a mit en ligne un beau travail sur le zeugme intitulé "Préférences zeugmatiques". Je le cite comme il se doit dans Les zeugmes au plat, mais sans avoir remarqué alors que le pauvre aurait été plagié par Francis Blanche, un plagiat par anticipation dont les oulipiens font souvent les frais et auxquels ils sont habitués malgré eux. Qu'on en juge.

Marcel Benabou se sert du démarreur "Mieux vaut" pour enchaîner les zeugmes. Deux exemples ?

Mieux vaut élever son QI que des cochons

Mieux vaut élever des cochons que la voix contre sa femme

Curieusement, il apparaît que Francis Blanche aimait lui aussi démarrer ses aphorismes avec "Mieux vaut"1. Exemples qui traînent partout sur le web :

Mieux vaut être riche et bien portant que pauvre et malade.

Mieux vaut penser le changement que changer de pansement.

Le premier est passé dans les adages populaires, le second dans les manuels de contrepèterie. Jusque là, mieux vaut se taire que parler de plagiat par anticipation. Mais notre sang ne fait qu'un tour lorsqu'on découvre dans les citations connues de Francis Blanche ce splendide :

Mieux vaut élever son esprit que des chats siamois.

Honte à Francis Blanche ! Plagiaire de Benabou, et ce n'est pas en changeant le QI par l'esprit, ni les cochons par des chats siamois qu'on s'en sort !

Je ne pouvais rester sans réaction ni réagir. Et dans un souci de concorde générale, je n'ai qu'un mot pour finir, qui satisfera les partis en présence, on l'espère :

Mieux vaut élever l'esprit de sa femme que des chats siamois comme des cochons.

1 et pas avec de vieux mots, hein…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.