Compartiment

Compartiment

Ô saisons, Ô chateaux… Paysages noir et blanc qui présentaient toujours des lieux où le train n'allait pas. Substituts des destinations possibles, points traversés par nulle voie. Montages, rocs, plages. Toujours ailleurs. Toujours inattendus. Toujours un peu semblable. Un paysage valant l'autre, et chacun valant bien celui qui défilait. On aurait pu aller ailleurs. Qu'importe. On était toujours là, dans le compartiment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.