16 mars – Héribert

On ne sait jamais qui va passer dîner, et je veux parer à toutes les situations, j’ai des pizzas et des merguez au cas où, et toujours un paquet de macaronis d’avance mais qui sait, un jour peut-être il faudra que je fasse mieux que ça, et je n’aimerais pas être pris au dépourvu, incapable… Poursuivre la lecture 16 mars – Héribert

15 mars – Lisalou

Quelque chose de presque royal, dans la pomme dauphine. Quelque chose de noble. Quelque chose de remarquable et d’anti-révolutionnaire. La pomme dauphine, c’est la promesse de régner bientôt, et qu’on aura tous les pouvoirs. C’est la moins populaire des pommes de terre, c’est sûr. « Accompagne idéalement le lièvre à la royale » : c’est dire où… Poursuivre la lecture 15 mars – Lisalou

14 mars – Arno

Tu crois quoi, que ta vie sera un jour comme avant ? C’est fini. Fini. Tu as mis le doigt dans un engrenage qui va te broyer, ne rien laisser de toi, te moudre, te pulvériser. L’enfant arrive, et ce sont les petits matins mornes qui suivent les nuits sans sommeil. Les hurlements nocturnes, les… Poursuivre la lecture 14 mars – Arno

13 mars – Léandra

Tout doit disparaître. Il suffirait de mettre au point un diluant universel et hop, du tout je ferais un grand plus rien. Remise à plat. Un diluant universel pour les paysages, pour les forêts, pour les animaux, et pour les hommes qui se battent à travers le monde, et pour ceux qui ne se battent… Poursuivre la lecture 13 mars – Léandra

12 mars – Paul-Aurélien

N’allez pas croire qu’il faille une raison précise : j’ai toujours eu envie de coudre. Simplement, je n’ai jamais sauté le pas. Faute de matériel, faute d’assumer un goût difficile à défendre auprès de mes camarades. La couture, pourtant, a quelque chose de magique. Prenez un carré de tissu informe, plat, et, à force de… Poursuivre la lecture 12 mars – Paul-Aurélien

11 mars – Rosine

Les repas m’emmerdent. Ça revient trop souvent. Faire à manger, encore, faire à manger, recommencer. Et trouver des idées, encore des idées. Et penser à toujours avoir ce qu’il faut dans les placards. Ça va bien deux minutes. Mais tous les jours, deux fois par jours, et les enfants qui sortent une tête de leur… Poursuivre la lecture 11 mars – Rosine

10 mars – Vivien

Vivre, et vivre bien. Se moquer de la guerre et des bombes : elles semblent toujours loin tant qu’elles ne sont pas là. Ouvrir une bouteille, attraper la pince à escargots, décoquiller, laper le beurre fondu, laisser le goût de l’ail tout envahir. Penser que personne n’envahira la France pour ça, personne pour manger des… Poursuivre la lecture 10 mars – Vivien

9 mars – Romane

Tu invites un garçon à dîner, chez toi, en tête à tête. C’est déjà une promesse. Et puis tu lui dis : « tu rapporteras du vin », parce que les fleurs… Donc il arrive, il a pris une douche et sent encore le menthol de son gel trois en un. Il porte ce qu’il a de… Poursuivre la lecture 9 mars – Romane

8 mars – Rayan

La différence entre l’extérieur et l’intérieur se joue à peu de choses. Ce qu’on a aux pieds, chez soi : une façon de dire, « je suis chez moi », en charentaises, en soquettes, en tongs, même, pourquoi pas, ou nus pieds si le carrelage n’est pas trop froid, le plancher sans échardes. On range les chaussures… Poursuivre la lecture 8 mars – Rayan

7 mars – Ethan

Lave-toi la bouche avec du savon, disait ma mère lorsque mon père jurait. Et ça arrivait plusieurs fois par jour. Il aurait aimé ça, le savon à l’olive, il aurait pris l’accent provençal, et on aurait entendu les cigales dans la lavande au lieu de ses blasphèmes à répétition. Le bon dieu aurait préféré ça,… Poursuivre la lecture 7 mars – Ethan