2 mars – Charles

Démarrer. C’est toujours ça qui est compliqué. Des retards à l’allumage, une incapacité à s’engager, comme au point mort, trop longtemps, trop souvent. Un peu amorphe. Il aurait fallu que je démarre au quart de tour et que je me jette en avant avec voracité. J’ai compris le message. Je suis rentré à la maison.… Poursuivre la lecture 2 mars – Charles

1er mars – Aubeline

Rien qui ressemble moins à des cuvettes de toilettes que des cuvettes de toilettes. Croyez-moi : avant que je passe, elles en disent plus sur les propriétaires que les façades des maisons. Après, c’est différent : j’ai nettoyé, frotté, récuré et on ne fait plus la différence entre les Durand et les Dupont. Tous nickels,… Poursuivre la lecture 1er mars – Aubeline

28 février – Romain

Une sauce tartare, ou béarnaise, un verre de blanc, ou une bouteille, je me cale. Je suis bien. Quelques amis, un chien, un apéro au bord de la piscine. Les enfants qui courent dans le jardin un peu plus loin. Je suis bien. Ce n’est pas si compliqué la vie. Tremper le calamar dans la… Poursuivre la lecture 28 février – Romain

27 février – Honorine

Je m’habille comme je veux. Comme je veux. Pas féminine ? Et puis quoi encore ? Un vieux sweat à capuche informe, si je suis bien, c’est tout ce qu’il me faut. Ma mère pleure, ma grand-mère ricane, mon père lève les yeux au ciel. Mais c’est quoi, l’histoire ? Un bustier ? Un décolleté… Poursuivre la lecture 27 février – Honorine

26 février – Sacha

Quelque chose de l’enfance, un souvenir de doigts collants, de lèvres sucrées, de fleur d’oranger. Un parfum de fête et une odeur entêtante d’alcool, légère, mais entêtante. Des auréoles de gras sur les serviettes en papier et la main, encore et encore dans le grand saladier, encore et encore tant qu’il en reste, jusqu’à se… Poursuivre la lecture 26 février – Sacha

25 février – Nestor

Si tu veux être fort comme une vache haltérophile, Nestor, mange ton fromage. Allez… Et ne me dit pas que tu préfères la vache qui rit, regarde cette vache rit… Tu vas l’avaler cette vacherie ! Et ne te mets pas à pleurer, elles sont parfaites ces portions de fromage fondu. Ne me dis pas… Poursuivre la lecture 25 février – Nestor

24 février – Modesty

Suis-je la seule à savoir qu’il faut laisser mariner la saucisse une à deux heures dans une bière agrémentée de rondelles d’oignons crus et d’un peu de moutarde avant de la griller au feu de bois et en aucun cas d’une quelconque autre manière ? Je ne me crois pas supérieure aux autres, pas question… Poursuivre la lecture 24 février – Modesty

23 février – Alexandre

Ce qu’il faut pour ne laisser aucune trace : la tenue des tueurs en série, ou de la police scientifique. Trop regardé de feuilletons américains, me direz-vous. Peut-être, et ce n’est pas de ma faute si le héros est rarement un peintre en bâtiment. Non, le héros n’est jamais non plus un futur père qui… Poursuivre la lecture 23 février – Alexandre

22 février – Isabelle

Il me faudrait un affûteur de forêt, qu’il m’a dit. C’est ce que j’ai compris en tout cas : un professionnel, un spécialiste de l’affût, tapis dans les bois, qui attendrait, patient, qu’il se passe quelque chose. Une sorte de chasseur sans arme, une vigie cachée entre les troncs à prendre racine les yeux rivés… Poursuivre la lecture 22 février – Isabelle