Alphonse Allais et l’orthographe

»M. Allais a su conquérir, dans les milieux universitaires, une vive autorité pour la lueur qu’il jeta jadis sur le genre du mot tac, masculin ou féminin selon le cas (l’attaque du moulin, le tic-tac du moulin, la tactique Dumoulin).

»Il s’agit aujourd’hui des différentes orthographes du mot sang, qui ondoient suivant la qualité, la couleur, la température, etc., etc.

»Quand, par exemple, vous parlez, dans le Journal, de ce jeune esthète que vous appelez, je crois, Sarcisque Francey ou Sancisque Frarcey (ou un nom dans ce genre-là), vous dites: «Ce petit jeune homme détient le record du bon sens.»

»Mais dès qu’il est question du chasseur Mirman, vous écrivez: «Le député de Reims se fait beaucoup de mauvais sang.» »Donc, s, e, n, s, quand c’est bon; s, a, n, g, quand c’est mauvais.

»De même, l’orthographe de ce mot varie avec la couleur: »Quoique le sang soit habituellement rouge, vous écrivez «faire semblant» s, e, m, et «sambleu!» s, a, m. »Expliquez cela, s. v. p.!

»Ce n’est pas tout: »Pourquoi écrivez-vous: «M. Barthou perdit son sang-froid» s, a, n, g, et «Don Quichotte perdit son Sancho» s, a, n?

»Je m’arrête, monsieur le directeur, car, à insister dans cette voie, on se ferait tourner les sangs.

Alphone Allais, dans le recueil 2 et 2 font 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.