8 novembre – Geoffroy

Ne vous remémorez-vous pas la période pourtant pas si lointaine où chaque chose, et chaque personne, avait une fonction précise qu’elle remplissait avec efficacité ? Le chevalier guerroyait, le serf cultivait et chacun des camps à la cour s’occupait à quoi il était destiné. L’ordre régnait. Qu’on est loin de ce temps béni ! Chacun aujourd’hui s’occupe des affaires de l’autre et donne son avis sur tout. L’employé réclame de voter les comptes et d’obtenir sa part des bénéfices. S’il ne délaissait pas ses tâches pour de telles considérations, tout irait pour le mieux. Le moindre aspirateur se voit condamné à la polyvalence. Ne suffirait-il pas qu’il aspire ? Non : on lui assigne d’autres fonctions sans vraiment préciser lesquelles. Faudra-t-il qu’il lave les vitres ou repasse les chemises ? Ce monde n’a décidément plus ni queue ni tête.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.