26 septembre – Damien

J’ai gardé de Maxence une collection d’orchidées à nulles autres pareilles. Comment un colocataire peut-il bien partir en laissant ça derrière lui ? Il les aspergeait d’eau, régulièrement, et taillait les fleurs flétries, et dissertait sur les différences des unes avec les autres, et pouvaient parler des heures si on ne l’interrompait pas. Jamais vu personne d’aussi passionné, et par un si petit sujet. Les orchidées, comme s’il n’y avait que ça au monde. Et l’acidité de la terre qu’il leur fallait, et l’ensoleillement idéal… Alors, vous savez, inspecteur, je pense qu’il lui est arrivé quelque chose. Il ne serait pas parti comme ça. Sans dire au revoir, peut-être, mais pas sans ses fleurs. Il sait bien que je ne m’y intéresse pas vraiment et que je ne saurais pas en prendre soin. Il n’aurait pas laissé les blanches, au moins, ses préférées… Les autres, il les aimait moins, mais les blanches ! Il n’aurait jamais pris de risque que je les noie ou les laisse se dessécher…

1 commentaire

  1. Aujourd’hui, journée calme, rien d’inscrit sur l’agenda. Profiter pour prendre le temps de regarder. D’abord la mer et le ciel : la météo tempétueuse annonce un spectacle changeant aux couleurs métalliques. Mais une note végétale serait bienvenue. Devant ma fenêtre de cuisine trône la ciboulette qui parfume mes salades de tomates ou mes omelettes. C’est raide. Pourquoi pas acheter une orchidée en promotion ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.