26 décembre – Stéphanie

La vie n’aura pas toujours été tendre. Pas que je veuille vous émouvoir, pas que j’envisage de vous faire pleurer, pas que j’ambitionne de vous prendre aux tripes, mais je pourrais vous énumérer une liste de malheurs à transformer le plus irréductible des optimistes du pays en aigri de la pire espèce. J’ai besoin de réconfort, de chaleur. Je ne dirais pas non contre un peu de tendresse mais je ne demande pas l’impossible. Il faut limiter ses ambitions au crédible, longtemps que je ne rêve plus à l’inaccessible. La solitude, j’en ai pris mon parti. Pas une raison pour broyer du noir et me morfondre : je prends soin de moi, je m’offre de petits plaisirs, je ne m’interdis pas quelques excès, je me laisse aller à la gourmandise qui reste le péché le plus accessible et le moins risqué. Il faut savoir prendre ce que la vie vous donne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.