19 décembre – Urbain

Je prends grand soin de la façon dont je me présente devant vous, c’est une marque de respect. Pour vous. Pour moi également. Les olibrius mal attifés prennent le risque non négligeable de ne pas être pris au sérieux ou, pire, d’être considérés comme ils s’apprêtent : avec bien peu de considération. J’en ai pour vous, et je tiens à ce que vous vous en rendiez compte au premier coup d’oeil : je fais l’effort de vous être agréable, non pour obtenir quoi que ce soit de votre part, mais parce que vous méritez l’attention qu’on vous porte. Ce n’est pas une simple politesse, c’est une preuve de savoir-vivre. Mon pantalon est repassé, ma chemise amidonnée, mes souliers cirés. Tout tombe impeccablement. Et je dis bonjour, et je tiens la porte à qui la franchit, et je prend garde à ne jamais m’asseoir avant la maîtresse de maison. Mon commerce est agréable, et c’est un bon début. Vous imaginez bien que nous allons nous entendre.

1 commentaire

  1. Taille haute – jambe fuselée : quel programme ! J’aime les vêtements qui se placent bien et donnent de l’élégance. Mais j’aime aussi le confort, ce plus qui indique mon souci d’une vie harmonieuse. Où mettre la taille. Je ne porte pas de bretelles, gloire de mes aïeux. La question importante est de savoir où se placera la ceinture : au-dessus ou au-dessous du bombement du ventre. Qu’implique la taille haute ? Pour les jambes fuselées c’est non. Je les aime large et je repousse d’année en année l’achat d’un pantalon en attente d’une modification de la mode. Urbain, garde ton urbanité et attend.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.