18 novembre – Odon

Dans l’état où on va te le laisser, il faudra réparer le monde. Et il n’est pas trop tôt pour t’entraîner, c’est le moins que l’on puisse dire. On a tout cassé, on a tout détruit, on a rasé les forêts, creusé la terre, empoisonné la mer. À toi de tout rebâtir, à toi de creuser de nouveaux lacs et le lit des rivières, à toi de sauver les poissons. Je te laisse en héritage une boîte à outils et quelques objets pour redémarrer. Il y a des boulons à resserrer, quelques clous à planter, un niveau ou deux à vérifier. Tu dois connaître les bases pour construire dans les bois que tu planteras la maison où tu pourras vivre. Ce sont quelques coups de scie et de marteau à donner. Et puis oublier qu’on avait tout raté pour réussir là où nous n’avons rien su accomplir de bon. Le jeu en vaut la chandelle, autant que je m’en souvienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.