18 juin – Osanne

Tu ne manques pas d’air, qu’on me dit. Et c’est vrai, je suis gonflée à bloc. J’ose des trucs quand tout le monde hésite. Direct. Un renseignement à demander ? C’est à moi qu’on demande… de demander, donc. Et j’y vais. Ni chaud, ni froid. J’ai des facilités avec le culot, pas du genre à me prendre la tête pour un rien ou me mettre la pression. Pareil pour aborder les garçons et demander leur numéro, je trouve une façon de faire. Avec le sourire. On ne peut rien me refuser. Idem pour remettre les autres à leur place. Je m’adapte. Le coup de pied dans le derrière, au besoin. Faut pas me prendre la tête quand j’ai besoin de respirer. Alors, tu aurais du te méfier quand tu as décidé de t’en prendre à moi. Ce n’était pas l’idée du siècle. Tu vas devoir en payer le prix. Ne soit pas étonné si un matin les quatre pneus de ta Fuego sont à plat. Tu l’as bien cherché.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.