238 – Le précipice

D’un côté la beauté

De l’autre la bêtise

Et toi les bras ballants

Bataillant dans le vide

D’un côté la beauté

Le charme t’hypnotise

De l’autre la bêtise

La mouton va bêlant

À quoi te raccrocher ?

Le précipice avide

Happe ton moindre geste

Ta chute est sans répit

Tes cris restent inaudibles

La beauté la bêtise

Sont sourdes à tes appels

C’est presque trop mignon

D’en faire une chanson

Et la beauté t’épuise

Et te tue la bêtise

Retour en haut