Audience web : la revanche du lecteur

L'impact de la priorité à 'engagement sur la ligne éditoriale...
L’impact de la priorité à l’engagement sur la ligne éditoriale…

Depuis 10 ans, on se bat à coup de billets de blogs sur la question de savoir si il faut écrire pour Google, ou si l’on doit continuer à écrire pour les lecteurs. Google lui-même privilégierait les textes qui ressembleraient le plus à des textes écrits pour des humains. Tant bien que mal. Bref, langage naturel ou langage robotisé, c’est la bagarre. Continuer la lecture de Audience web : la revanche du lecteur

Les liens du dimanche #6

Avec quoi travaillent les journalistes ? Le sujet a été largement traité cette semaine. Les journalistes web mobiles, d’abord, ont intérêt à lire cet article. On se plongera également dans la besace des reporters du New-York Times. Côté applications, on a vu passer une belle infographie interactive avec plein de liens vers des applications.

La croissance du chiffre d’affaires des sites éditoriaux a fortement chutée en France depuis 2006 selon Xerfi Precepta dans son rapport d’analyse « Stratégies des médias numériques« . Principal enseignement de cette étude, les éditeurs ont beau avoir réussi à construire de belles audiences, ils n’en ont pas moins échoué à les monétiser correctement. Une info sur le Journal du Net.

Twitter apporte maintenant des détails aux utilisateurs concernant l’impact de leurs tweets : si ils sont lus, cliqués, etc. Un Twitter analytics qui plait déjà aux professionnels en mal de statistiques. Et ce n’est que l’une des nouvelles fonctionnalités de ces derniers temps. Le point ici.

A propos de Twitter, et des journalistes, on voit ici que les professionnels français des médias y ont fait leur nid. On se souvient pour notre part avoir enseigné Twitter au Centre de Formation des Journalistes à Paris en 2007, et qu’alors les étudiants nous regardait avec plus que de la circonspection. Les temps changent…

Aux Etats-Unis, forcément aux Etats-Unis, on voit apparaître des clauses relatives aux réseaux sociaux dans les contrats de mariage :

Cette disposition dispose (sic) que quand elle aura divorcé « chaque partie accepte de ne pas poster, tweeter ou d’aucune manière partager sur les réseaux sociaux des images ou tout contenu positif, négatif, insultant, embarrassant ou flatteur sur l’autre ».

C’est dans Le Point.

L’image de la semaine :

presencereseau

Les audiences des radios sont en berne, et le sociologue des médias Jean-Marie Charon explique pourquoi.

L’existence du programme Kindle Unlimited, permettant une lecture illimitée pour 9,99 $ par mois, a été confirmée cette semaine par Amazon. On attend un lancement en France à la rentrée. Et voilà qui pourrait bouleverser nos habitudes de lecture… Et le marché du livre.

La crise à Gaza a des échos sur les réseaux sociaux, en France. Avec des répercussions compliquées à gérer pour les Community managers des sites des médias français. Les Echos y consacre un article.

Référencement : on a beaucoup aimé cette infographie qui regroupe 25 outils à connaître pour travailler efficacement son placement dans les moteurs de recherche.

Deux articles à lire sur les conséquences de la condamnation d’une blogueuse après la publication de sa critique d’un restaurant sur son blog, ici et ici : illustration concrète de ce que l’on connaît sur le web sous le nom d’effet Streisand.

Découvrez Le quatre heures, un média en ligne qui casse les codes :  » Une information qui prend le temps, se déclinant sous forme de reportages grand format, multimédia, sans clic. Chaque mercredi à 16 heures, Le Quatre Heures publie une histoire inédite à déguster : une pause gourmande dans l’information en continu qui domine le web. »

A lire aussi : ce point un peu flippant sur tout ce que Google sait de nous. Et un autre sur les correspondants locaux de presse, une armée de l’ombre sans laquelle la presse quotidienne régionale aurait bien du mal à remplir ses pages.

Retrouvez moi sur Google+Facebook, et Twitter.

Optimiser son référencement dans Google News

Vous trouverez sans trop de difficulté sur le web les principes de base du référencement dans Google. Ce sont ces principes que l’on évoque en priorité dans nos formations à l’écriture web. Concernant la presse, d’autres règles sont à connaître. Elles tiennent à la part de plus en plus importante prise par Google News dans le référencement. Les Internautes vont moins souvent sur Google Actualités, mais comme les résultats du moteur de recherche d’actu de Google apparaissent dans les listes de résultats généraux de Google, l’impact est multiplié.

Voici une présentation assez complète du fonctionnement du référencement dans Google News et des bonnes pratiques qui vont avec. On la doit à Virginie Clève, directrice Marketing et opérations à Radio France.

[slideshare id=35952762&doc=google-actualites-smx-paris2014-140617012459-phpapp02]

Disclosure : J’interviens comme formateur dans l’équipe de l’ESJ Pro retenue par Radio France dans le cadre de la formation des rédactions de France Bleu.

Ecriture web : explorer le champ lexical

Lorsqu’on vous parle d’écriture web, on vous parle depuis longtemps de mots-clés. C’est bien, les mots-clés : c’est ce que tape l’internaute dans son moteur de recherche favori pour vous trouver. Ainsi, placer comme il faut les mots « crevette » et « Madagascar » permet d’atteindre un bon référencement sur ces mots là (ça ne suffit pas, mais c’est un bon début).

Google est plus malin que cela. Il sait des choses sur les mots que vous ignorez parfois. Il est même capable de retrouver un article sur les crevettes lorsque vous cherchez le mot « gambas ». Même si le mot gambas n’est pas dans l’article. C’est que manifestement, Google repère la cohérence des champs lexicaux que vous utilisez. Mais qu’est-ce qu’un champ lexical ? C’est l’ensemble des mots qui vous vient à l’esprit sur un thème donné. Pas forcément de la même famille, pas forcément de même nature : des adverbes, des adjectifs, des verbes, des noms qui, tous, font référence à un thème.

Une explication en vidéo :

La question qui se pose alors à l’auteur d’un texte sur le web est : comment faire le tour du champ lexical d’un sujet donné. Les associations d’idées sont la première voie. A condition de ne pas se laisser embarquer : la métaphore est a priori l’ennemie jurée du champ lexical.

Les dictionnaires sont une source bienvenue. J’utilise en ligne le TLFI. Un bon dictionnaire de synonymes a tout son intérêt.

Les associations d’idées des autres sont également une source quasi inépuisable. Seulement, comment rentrer dans leur tête ? Il y a un outil pour cela. Keyword Tools « s’appuie » sur les requêtes sur Google pour vous suggérer des mots-clés à partir de ce que les internautes tapent vraiment dans le moteur de recherche.

Le mot-clé crevette recèle de nombreuses potentialités d'associations.
Le mot-clé crevette recèle de nombreuses potentialités d’associations.

 

Impossible d’utiliser toutes les suggestions dans un texte, mais vous avez là, si on y réfléchit de cette façon, la description de ce que pourrait contenir un site thématique sur la crevette et les façons de la cuisiner !

Le travail de définition du champ lexical n’est pas le même selon que l’on élabore le champ lexical de base d’un site donné ou celui d’un article particulier.

Lorsqu’on lance ou lorsqu’on refait son site web, on a tout intérêt à prendre le temps d’élaborer un champ lexical « de base » : 30 à 40 mots ou expressions que l’on retrouvera de page en page et qui donneront aux moteurs de recherche la vision de l’unité thématique du site. Les mots-clés que l’on retiendra ne seront pas les mêmes selon la cible à laquelle on s’adresse : un site professionnel n’aura pas forcément à repousser un vocabulaire technique qui n’aurait pas sa place sur un site grand public. C’est un travail important, qui peut prendre du temps.

Lorsqu’on écrit un article sur un site, la réflexion sur le champ lexical sera l’occasion de s’assurer qu’on ne passe pas à côté de quelque mot-clé important. Il s’agira de donner une unité à son texte, et de mieux faire ressortir la page qui le contiendra dans les moteurs de recherche.

Les liens du dimanche #1

Faut-il en finir avec les commentaires sur les Internet ? La question mérite, au moins d’être posée. Et l’on démarre la réflexion sur Slate.fr

L’author rank permet à Google de mieux classer les pages dans ses résultats, en fonction d’une note accordée à chaque auteur. En savoir plus

« Je ne sais pas qui se rend encore le matin à l’aube au kiosque pour acheter un journal qui lui parle de ce qui est arrivé la veille, en tout cas pas moi ! Ce modèle est fini et je ne serais pas surpris qu’on assiste à son effondrement brutal. En revanche, il suffit d’observer autour de soi dans la rue, le métro, les magasins, au bureau, chez soi pour constater que tout le monde a son téléphone à la main. Il est évident que face à cette soif de connexion, il y a des places à prendre, des modèles à inventer dans le traitement de l’information. » Thierry Lévêque parle du projet Hexagones

Quand Wikipedia est plus fiable que les journalistes.

Brooke Gladstone est journaliste. Elle anime depuis quinze ans On the Media sur la NPR, la radio publique américaine. Elle aurait pu signer un enième pensum de sociologie des médias, comme elle s’en coltine déjà tous les jours : « mais j’avais envie d’écrire une histoire que j’aurais moi-même envie de lire. » Ce sera LaMachine à influencer, une bande-dessinée dont la traduction française vient de paraître aux éditions çà et là.

Et pour finir, une illustration du concept de sérendipité, en vidéo…

Référencement : quand les crevettes sont cuites…

Depuis 2006, lors de mes formations à l’écriture sur le web, je marque les esprits avec un exemple : celui des crevettes de Madagascar. Une belle longévité pour un article sur mon ancien site, qui montre concrètement que la répétition des mots-clefs dans un article influence positivement son référencement auprès de ceux qui cherchent les-dits mots-clefs dans Google.

Mais, le 12 juin 2014, j’étais devant quelques stagiaires de Radio France pour le compte de l’ESJ. Arrivé à la partie concernant le référencement, j’annonce mon effet spécial. Effets de manches, roulement de tambour. Je fais l’effet d’un manche, roulé dans la farine. Rien. Rien de rien : mon article sur les crevettes de Madagascar a sauté. Mais diantre, que s’est-il passé ?

Rien d’imprévisible, en fait : j’ai changé de site., rapatrié toutes mes archives ici, y compris les crevettes de Madagascar, qui ont donc changé d’adresse. Et la problématique du changement d’adresse, en référencement, c’est un vrai problème. On tombe très rapidement, si l’on ne fait rien, dans le travers du « NPAI » : n’habite plus à l’adresse indiquée.

Ce qui m’arrive là se résout assez simplement en redirigeant les moteurs de recherche des anciennes adresses aux nouvelles, à l’aide d’un bout de code à placer à l’ancien emplacement des pages, par exemple, et/ou d’un nouveau fichier .htaccess sur l’ancien site. C’est de l’informatique, la partie technique du référencement. Et je m’en suis passé. C’est mal, et, en même temps, pas très grave en ce qui me concerne, à part pour ces crevettes de Madagascar, donc. Je devrais en outre demander à ceux qui jusque là pointaient vers l’ancien site de pointer vers le nouveau. Un travail un peu long à réaliser, mais très efficace. Voir des explications techniques ici, par exemple.

Bref, le déménagement d’un site, ce n’est pas juste déménager. Comme dans la vraie vie, il faut mener quelques actions pour que l’on continue à vous trouver.

Comment mesurer l’impact d’un changement de site lors duquel le suivi a été pas ou mal géré ? Voici un exemple concret.

Le site Paris-Normandie.fr a lancé une nouvelle version mi-mars 2014. Ses statistiques se sont effondrées.
Le site Paris-Normandie.fr a lancé une nouvelle version mi-mars 2014. Ses statistiques se sont effondrées (source OJD).

Et voilà pourquoi il ne faut pas oublier de penser au référencement lorsqu’on déplace un site, ou même lorsqu’on change de système de gestion de contenu : Google doit pouvoir s’y retrouver. Et le lecteur aussi.