Le journaliste de demain vu d’hier

newspaperC’était fin mai 2007. Un dîner dans un petit restaurant parisien. Autour de la table la crème de ceux qui réfléchissaient alors à ce qu’on devait apprendre aux jeunes journalistes pour qu’ils soient opérationnels deux ans plus tard. Préparés à leur métiers, aptes aux changements qui étaient déjà en cours. Continuer la lecture de Le journaliste de demain vu d’hier

Les liens du dimanche #13

Obfuscation ? Vous avez dit obfuscation ? Des manière de jouer à cache cache sur les réseaux en trichant, et publiant des choses qui tromperont les algorithmes sur ce que vous êtes vraiment.

Les journalistes papier, et ce qu’ils disent à ceux du web. Criant de vérité chez Yann Guégan.

Et c’est quoi un journaliste, d’ailleurs : une question avec des éléments de réponse sur France Culture. Bon à savoir alors que le New York Times en supprime une centaine mais que de nouveaux médias, 100% web, se lance, comme Brief.me (on vous en a déjà parlé) qui a lancé une collecte sur Ulule. Pas étonnant qu’il faille pour Denis Olivennes, dans ces conditions, inventer le Elle des 10 prochaines années. Et ça ne sera pas facile.

red_ditSur Reddit, c’est plutôt de l’information sans journalistes, mais avec des internautes. Et Le Monde explique comment ça marche, et ça fait de l’audience. Sur Reddit on a d’ailleurs notamment repéré cette vidéo en anglais qui se moque joliment des journalistes à la course au clic…  Et, en Allemagne, c’est Google qui se fâche contre les éditeurs de presse, jugés un peu trop rigides par rapport aux moteurs de recherche.

A lire, pour comprendre dans quel monde on vit sur les réseaux, cette rencontre avec Fakir, le sorcier du hashtag sur Twitter.

On a repéré chez TV5 de la littérature classique et légale, à télécharger.

Spécifique, mais à la croisée de mes centres d’intérêt : ce guide des réseaux sociaux à l’usage des éditeurs.

En vidéo cette semaine : l’invention de l’information en continue par France Info.

Le journalisme expliqué en une anecdote

J’aime assez Comment on devient écrivain, d’Antoine Albalat pour m’en être procuré un exemplaire en papier. Je recommande à celles et ceux voulant faire profession d’écrire d’y jeter un oeil. J’en avais cité quelques passages ici. Depuis, le livre est disponible sur Gallica, en texte intégral, ce qui est un bon moyen d’y regarder à moindre coût. J’en garde un extrait sur le journalisme. L’anecdote date du XIXème siècle. Le journalisme a bien évolué depuis. A moins que…

Georges Duval

Les liens du dimanche #2

« De nos jours, le journalisme est une activité qui mène à tout… surtout à sa sortie. C’est le résultat d’une étude sur la carrière des journalistes entrés dans la profession en 1990, 1998 et 2008, menée par une chercheuse de l’Institut français de presse. Carrières courtes, précarité croissante, presse écrite en régression, le journalisme s’atomise dans un contexte marqué par la « diminution de la production de l’information ».  » Pour en savoir plus, c’est ici. Mais, depuis longtemps la fin des journalistes est annoncée

La Commission de réflexion sur l’évolution des programmes du CSA, coprésidée par Françoise Laborde et Francine Mariani-Ducray, a mené une réflexion relative à la période 2008 à 2013 sur la façon dont les jeunes âgés de 13 à 24 ans appréhendent les médias traditionnels. Le rapport met en évidence les taux de couverture des médias tout au long de la journée, mesuré par Médiamétrie,  et souligne les différents «prime-time» de chaque média sur cette cible. Si le matin reste le territoire de la radio et le soir celui de la TV, Internet est omniprésent toute la journée. Les détails ici.

Tim Berners-Lee raconte la naissance d’Internet, et quelques autres choses… « Si vraiment vous voulez une date alors on peut considérer que l’idée est née avec le mémo que j’ai rédigé à l’époque, en mars 1989, et qui était intitulé : « gestion de l’information: une proposition ». Il expliquait comment un système basé sur les liens hypertextes et des ordinateurs connectés entre-eux pouvait aider les chercheurs du Cern à mieux partager leurs informations, et à mieux y accéder. »

Si la publicité en ligne ne sert à rien, que va devenir le web ?

Où l’on en apprend un peu plus sur l’artillerie lourde de TF1 sur les réseaux sociaux

Très intéressant retour d’expérience de formateur à la culture numérique, qui tient réellement compte de la culture numérique  »

« Onédan le questionnement de faut-il le faire », voici ce que j’entends le matin à France-Culture. Voici comment parle l’élite intellectuelle, scientifique de notre pays, lorsque de prestigieux micros se tournent vers elle, comme elle ne parlerait pas même à son chien, en lui versant des croquettes le matin. Et cette langue, propagée par les médias, descend jusqu’aux provinces lointaines, où, jadis, des formules pittoresques et des expressions du cru donnaient encore un tanin, une âcreté au français. » En voilà du coup de gueule !

La vidéo de la semaine ne parle ni de web, ni d’écriture, mais de comment viennent les idées, et de comment expliquer ce qui est compliqué.