Quelques questions sur les blogs locaux

Depuis que j’ai lancé Le Rouennais , il y a quelques jours maintenant, je me pose un certain nombre de questions pratiques. Ce ne sont pas des questions d’ordre rédactionnel, même si celles là doivent se posent évidemment aussi. Et si je trouve pour certaines des réponses, ce n’est pas encore le cas pour toutes…

1) comment obtenir l’info ?
C’est une question de base, le quotidien de douze ans de journalisme. Cette fois, c’est peut-être un peu différent. Comment créer le réflexe d’envoyer de l’info à l’auteur d’un blog d’information local ?
Il y a bien sûr la veille en ligne. Ca, je sais faire.
J’ai notifié par email, auprès d’une bonne cinquantaines de responsables de la communication locaux (institutions, entreprises, associations), l’existence de ce blog. Je peux espérer recevoir des communiqués de presse, comme n’importe quel journaliste. Ensuite, je peux compter sur mon réseau de connaissances locales. Et un peu sur moi-même.

2) comment faire connaître le blog ?
Le bouche à oreille a plutôt bien fonctionné dans la blogosphère. C’est un début, et même un très bon début. Merci à tous ceux qui ont créé du lien. Cela devrait améliorer mon positionnement dans Google.
J’envisage par ailleurs une petite campagne d’affichage dans la ville. Une cinquantaine d’affiches, au format A4, que je proposerai à des commerçants d’afficher. J’essaierai de toucher quelques lieux publics fréquentés. Pas d’affichage sauvage.
Côté relations presse, je fais ce que je peux également.

3) comment rentabiliser le temps passé sur le blog ?
Pour tenir un rythme minimal de trois notes par jour, ce qui est mon objectif, je devrai consacrer beaucoup de temps à cette activité. N’étant pas salarié, mais indépendant, et devant tout de même faire bouillir la marmite, je dois essayer de rentabiliser un peu chacune de mes activités.
Je peux espérer que les espaces publicitaires sur le blog me rapportent un peu. Mais je n’espère pas trop des publicités Google. Je n’espère pas non plus de miracles de mon affiliation chez Amazon, où je touche un pourcentage pour chaque livre vendu via le blog.
J’ai mis en place un espace particulier, en haut à droite, qui renvoit chez AD42. C’est un espace à vendre. Pour l’instant, je propose un tarif assez bas : il devrait augmenter en même temps que la fréquentation. Mais cela n’ira théoriquement pas chercher bien loin.
Puis-je espérer l’appui d’un mécène, qui louerait fort cher cet espace pour soutenir mon initiative ? Cela ne me parait pas totalement impensable.
Toutes autres pistes seraient bonnes à prendre.

Bien sûr, on m’objectera que si la démarche n’est pas désintéressée, elle perd de sa valeur. Mais en douze an de journalisme, je n’ai jamais travaillé pour un journal qui ne cherchait pas à gagner de l’argent en vendant des espaces publicitaires. Pourquoi faudrait-il, absolument, qu’il en soit autrement ici ?

Rejoindre la conversation

6 commentaires

  1. Une idée à vous proposer : comme dans la PQR, vous pouvez vous appuyer également sur un réseau de correspondants. Comme ancien correspondant de l’Est Républicain, je pense qu’il y a là aussi pour un correspondant passionné par ce qu’il fait, une manière nouvelle de travailler beaucoup plus réactive et donc plus valorisante.

  2. C’est en effet un option intéressante, et sans doute logique. Mais je ne pense pas commencer par là. Pour l’instant.
    Ensuite, je sais qu’il ne faut jamais dire jamais. J’aviserai.

  3. L’idée de Gengoult est intéressante, mais tel ou tel correspondant pourrait bien vite être tenté de créer son propre blog ce qui, sans être illégitime, pourrait être assez désagréable pour le créateur du « blog-souche », en l’occurrence celui de Sebastien.
    Par ailleurs, j’ai l’impression que nombre de blogueurs cherchent encore en vain un modèle économique.
    Dans la presse, la pub est sans doute une solution à long-terme avec une grosse audience (et un lectorat « CSP plus » tant qu’on y est) mais les mentalités des annonceurs locaux ont toujours été assez frileuses devant les nouveaux médias (je me souviens des difficultés des radios privées au milieu des années 80).
    Une solution le publi-reportage ?

  4. Laurent> Le publi-reportage est une solution, en effet, pour gagner de l’argent. C’est aussi une assurance de visibilité pour l’annonceur. Cela doit néanmoins rester, selon moi, exceptionnel sur un blog qui, même si les choses sont clairement énoncées, risque d’y perdre de la crédibilité. Ce qui n’est bon ni pour l’annonceur, ni pour le blog.
    Mais, de manière très clairement identifiable, et exceptionnelle, pourquoi pas ?

  5. Ah les joies de l’indépendance et de la presse réunies.
    Tu cumules les difficultés mon pauvre.
    Mais a coeur vaillant rien d’impossible et au vue de ton enthousiasme, je suis sur que tu réussiras.
    Pourquoi ne proposerais tu pas un espace de liens payants aux commerçants par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.