Pour une simplification de la langue

Dans un livre rare : Auguste Schneegans, Fantasia, Nouvelles et Pièces à dire, Editions Atar, Genève, sans date (vers 1914, sans doute), Pascal Kaeser a découvert un texte qui date vraisemblablement de la fin du XIXe siècle. Il s’agit d’un lipogramme (un texte qui n’utilise pas une des lettres de l’alphabet). Mieux, le texte explique, avec humour, de quelle façon il serait possible de simplifier la langue, de la rendre idéale même en l’épurant au maximum. Voilà qui, avant Dada, le surréalisme et l’Oulipo ne manque pas de piquant. Un texte précurseur,
donc :

Le monologue sans A

Messieurs et mesdemoiselles… ou mesdemoiselles et messieurs, comme vous voudrez… formule n’est point fond.
Je ne viens nullement ici pour inciter votre rire, ceci doit se voir de reste en moi.
Je viens vous entretenir de science et vous soumettre une décision prise en session d’un corps très lettré de notre ville.
Il est question, tout simplement, de simplifier l’idiome qui nous sert d’expression.
Mesdemoiselles et messieurs, il est officiellement reconnu de nos jours qu’il est trop de lettres en l’idiome susdit, et nous voulons, les unes en suite des premières, les supprimer le plus possible.
Notre projet consiste comme suit : Supprimons les voyelles, le reste vient tout seul.
Nous commençons donc : Supprime… n° 1 ; puis nous irons extirper l’E ; ensuite nous ferons tomber l’I ; nous enterrerons l’O ; nous nettoierons l’U, et tuerons l’Y. De cette sorte, méthodiquement, nous pourrons espérer que, bientôt, les consonnes seules resteront debout, et ce n’est qu’ensuite que nous mettrons tout en oeuvre pour culbuter identiquement ces derniers vestiges d’un idiome qui fit son temps, qui eut gloire et légende, et que les besoins de prestesse et de vitesse vertigineuse qui sont l’enseigne de notre siècle nous forcent de modifier et de simplifier.
Une liste d’inscription pour ce projet fin de siècle est ici, sur mon sein, et je suis sûr que tout le monde y souscrit dès ce moment du fond du coeur. Merci et bonsoir !

Il n’y a plus qu’à essayer ! Ce que font presque parfaitement les partisans du SMS, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.