Paul Vachard et Fred de Mai…

C’était au mois de juin dernier. Je découvrais Fred Vachard et Paul de Mai (non, l’inverse…)
Le propos me semblait alors intéressant, et je me fendais d’une note, sur La Feuille, pour signaler cet auteur en devenir dont la démarche du double blog pour promouvoir son projet de roman me semblait intéressante, quoi qu’alors une peu confuse…
Fred de Mai s’est fendu d’un billet, à l’occasion, qui était, trouvais-je, assez amusant quant à l’image qu’il me renvoyait de moi-même.
Moins de trois mois plus tard, Fred de Mai a fait bien du chemin. Passage radio et lemeurisation en guise d’apothéose (on peut discuter de l’intérêt de telles apothéoses, évidemment).
Etonnant, tout de même de voir comment, en quelques semaines d’été, en période creuse, donc, un auteur inconnu, n’ayant pas signé le moindre contrat d’édition, avec deux simples blogs et beaucoup d’huile de coude (c’est fou ce qu’il a laissé comme commentaires sur les blogs des uns et des autres…), étonnant, donc, de voir comment un auteur inconnu réussit à se créer une telle audience.
Miracle du blog bien pensé ? Fred explique assez bien, même si l’image du flipper ne me serait sans doute pas venue à l’esprit, quels moyens il a mis en oeuvre pour en arriver là.

Rejoindre la conversation

9 commentaires

  1. Ton commentaire ressemble trop à une perche tendue pour que je te demande la faveur de lemeuriser la nouvelle adresse de mon blog, passé sous typepad depuis peu… J’ai du mal à ne pas demander, du coup… Allez, je demande ? Tentation, quand tu nous tiens…
    Oui, je demande…

  2. Je note que cette note, avec ses huit liens externes et ses quatre trackbacks deci delà, plus cette perche tendue par Loïc pour me leumeuriser est une mise en application assez efficace des principes présentés par Fred dans sa note sur le billard électronique…
    Puis-je m’autoféliciter d’une jolie fourchette me permettant de faire tinter la partie gratuite ?

  3. Quoi qu’il en soit, il faut se donner les moyens de ses rêves et défendre jusqu’au bout ses valeurs. La critique est nécessaire autant que la reconnaissance mais il ne faut pas l’accepter si elle n’est pas justifiée.
    Sébastien, il n’y a pas de hasard, nous nous retrouvons.
    Vinvin, tes mots me touchent et je suis heureux de t’avoir rencontré.

  4. Je suis en manque de liens.

    Aucun lien de ma part sur ce blog depuis hier, je suis donc en manque?… A moi de jouer avec les nœuds alors. Tout d’abord, je veux remercier les deux dernières personnes ayant écrit une note sur ce blog: c’est ici et là . (No comm…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.