Ne laissons pas le monopole de la bêtise aux imbéciles

Une petite annonce de Pierre Dac, cruellement d'actualité
Une petite annonce de Pierre Dac, cruellement d’actualité

Depuis une douzaine d’années, je publie régulièrement sur l’humour et les jeux de mots. Quelques dizaines de milliers de lecteurs, une dizaine de livres. Depuis 48 heures, j’ai envie d’écrire ce que je ressens vraiment, là, au plus profond. Et je n’y arrive pas. Quelques tweets, quelques lignes, quelques statuts sur les réseaux sociaux. C’est tout.

Les 1887 comptes que je suis sur Twitter m’ont été d’un grand réconfort. Je suis resté prostré, pas mal, à lire leurs statuts. Les #jesuischarlie qui se sont multipliés au fil de la croissance de ma sidération.

C’est un message sur Facebook qui m’a appris un attentat à Paris. Tout est allé très vite ensuite. On a su que c’était Charlie Hebdo, puis le nombre de morts, puis les détails, puis les noms, encore des noms, encore des détails. Le pire s’ajoutant au pire. Une spirale. Et des difficultés à respirer. Comme beaucoup d’autres.

Les #jesuischarlie sont apparus. J’ai partagé. Partagé. Partagé. Des manifestations se sont organisées. Chez moi aussi, à Rouen. Il le fallait.

C’était digne. Et voir 6000 personnes marcher en silence dans le noir, cela m’a fait du bien.

J’avais envie de rire. Comme beaucoup d’autres de trouver une vanne, quelque chose qui donne du rire en hommage.

Ça aura été une marche dans la nuit et la ville. Et la chaleur de quelques uns, quelques mains appuyées plus que d’ordinaire sur l’avant-bras. Et ces questions : “Ça va ?… Enfin… A part ça, ça va ?”

Je ne crois pas avoir été en colère.

Alors quoi, les gribouilleurs meurent d’avoir dessiné dans la marge au lieu d’avoir écouté le cours ? On les tue pour avoir manqué de respect ? On organise un raid pour… Pour quoi ? Pour qui ?

La bêtise. La bêtise absolue. La bêtise sûre d’elle, sûre de son pouvoir, n’a qu’un ennemi : l’intelligence. L’intelligence et le courage.

Des millions d’hommes et de femmes qui se sont levés pour dire #jesuischarlie, combien ont le courage d’un Charb, d’un Wolinski, d’un Cabu… ? Combien ont le courage d’un policier ?

Pas moi. Je me suis demandé quel risque je prenais à dire #jesuischarlie. J’ai hésité le temps de peser le pour, le contre. Une fraction de seconde qui me suffit à savoir que je ne suis pas de cette trempe là.

Mais je suis journaliste, aussi. J’ai écrit, beaucoup, dans des journaux, j’en ai monté quelques uns, j’en ai eu la responsabilité. Je sais ce que cela veut dire, très concrètement, d’écrire des choses que d’autres préféreraient voir tues, et les insultes que l’on reçoit alors. Toutes proportions gardées.

J’ai ces amis qui font leur métier, plus ou moins bien, avec plus ou moins de talent, dans des conditions plus ou moins faciles mais qui croient en la vérité, en la responsabilité d’aller la chercher et de la rendre publique.

Je ne connaissais pas ceux de Charlie. Mais d’autres, beaucoup d’autres, des journalistes, des photographes, des dessinateurs. Je fais ce métier depuis presque vingt-cinq ans.

J’ai des amis qui ne résistent pas à un bon mot, à une vanne bien sentie.

Je considère qu’il n’est pas possible de vivre sans humour. Que le jeu de mot est le meilleur moyen de souligner l’absurdité des certitudes alors que l’on sait si peu de chose.

Rien n’est plus dangereux que les gens sûrs d’avoir raison. Rien n’est plus dangereux que l’absence de doute. Rien n’est plus dangereux que les certitudes.

Je crois en ceux qui se remettent en question. Je crois en ceux qui savent dire “peut-être”, “mais”, “néanmoins”. Néanmoins. Le plus beau mot de la langue française. Néanmoins. Au néant près…

Alors quoi, ceux qui sont sûr d’avoir raison prennent des kalachnikovs pour lutter contre des stylos, des plumes, des feutres, des crayons ? Pour interdire les calembours et les blagues de toto ?

Et, derrière eux, il y a une poignée de théoriciens de l’horreur ?

De qui se moque-t-on ? La bêtise craint à ce point l’intelligence qu’elle tente de l’éradiquer ?

C’est la preuve qu’elle n’est rien d’autre que ce qu’elle est : la bêtise n’a aucune chance. Car, souvenons-nous en : “L’avantage d’être intelligent c’est qu’on peut faire l’imbécile alors que l’inverse est totalement impossible”. C’est de Woody Allen.

Continuons à faire les andouilles : ne laissons pas le monopole de la bêtise aux imbéciles.

Rejoindre la conversation

3 commentaires

  1. Salut. Je plussoie.

    « Rien n’est plus dangereux que les gens sûrs d’avoir raison. Rien n’est plus dangereux que l’absence de doute. Rien n’est plus dangereux que les certitudes.
    Je crois en ceux qui se remettent en question. Je crois en ceux qui savent dire “peut-être”, “mais”, “néanmoins”. Néanmoins. Le plus beau mot de la langue française. Néanmoins. Au néant près… »

    J’espère juste que toi, qui semble avoir cette capacité à te remettre en cause, tu sauras avoir le même recul sur l’insupportable « J’ai raison » que tu m’as assené histoire d’avoir le dernier mot sur un sujet que je venais de clore en voyant que je me heurtais à un mur de certitude gravé aux armes des tenants de la vérité absolue, la dernière fois que nous nous sommes vus lors d’un diner par ailleurs fort agréable et sympathique. 😉
    Arnaud.

    1. Arnaud,

      pas de confusion entre les faits et les opinions. Ce sur quoi je te soutenais avoir raison, et c’est une position sur laquelle je ne reviendrai pas, ce sont des faits. Il arrive que les faits soient établis. Et prendre les faits pour des opinions, ce n’est pas très sain…

      1. Je n’ai jamais fait cette confusion. L’arithmétique est ce qu’il y a de plus factuel : 20 est plus que 6, 100 est plus que 6, ou encore 6 est égal à 6. Et ce ne sont que des exemples. Pas de souci avec les faits. Pas de négation de quoi que ce soit, ni de jugement de valeur par comparaison, juste un relevé du fait que les choses sont plurielles et que c’est le nier ou toujours évoquer la même comme si les autres étaient des peccadilles qui n’est pas sain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.