Ok, on s’est absenté un mois. Un mois sans cette rubrique hebdomadaire, que je continue autant pour moi que pour vous : des traces de ce qui m’a intéressé dans la semaine sur le web. On y parle d’Internet, d’écriture, de journalisme, de livres et d’édition. Et parfois d’une chose ou l’autre qui n’a rien à voir.

Pendant l’été, Twitter a changé la gestion du contenu qu’il nous montre. De petits changements qui ont un impact fort, comme tous les algorithmes qui décident pour nous des informations auxquelles on a accès, ou pas. Le point.

amazon buy nowCôté pub, la nouveauté, c’est l’intégration de boutons Amazon pour acheter directement dans le contenu du Washington Post. Je cite un livre dans un article, hop, le lecteur peut l’acheter en un clic. Il y avait déjà ce genre de chose autour des articles, c’est maintenant dans le texte ? Qu’est-ce que ça change ? Le média reçoit une commission pour chaque vente. Intérêt à parler de ce qui se vend le mieux, donc. Curieusement, quelques jours après leur découverte, les boutons présents sur l’exemple partagé sur les réseaux ont disparu…

On s’insurge, on s’insurge, mais seriez-vous prêt à payer 170 € pour vivre un an sur Internet sans subir de publicité ? C’est ce que cela coûterait à service égal, pourtant.

Amazon ? J’en parlais, pas très bien, François Bon livre une analyse comme souvent indispensable.

A lire aussi cette semaine, l’article d’Olivier Ertzscheid sur la mort du second degré sur le web : les noces de Gorafi.

Une astuce pour améliorer vos recherches dans Google ? L’utilisation du underscore.

J’aime beaucoup ce que font Isabelle Canivet et Jean-Marc Hardy, et ils dispensent des formations à l’écriture web depuis pratiquement aussi longtemps que moi. Leur page sur les avantages du plan en pyramide inversée est à lire.

J’aime les mises en abyme, les livres dans les livres. Ils ont un dictionnaire, «La Bibliothèque invisible» de Stéphane Mahieu, dont une critique est à lire ici. D’ailleurs, dans Eno, la chasse aux rastacs, il y a des livres dans le livre. Et c’est pour ces emboîtements que j’ai tant apprécié Jasper Fforde.

Eratostène, de Thierry Crouzet, publié chez l’Âge d’homme, sera disponible le 28 août, pour 18 €. Mais la version numérique du roman, c’est toujours l’auteur qui a la main dessus. Explications.

La vidéo de la semaine ? Une ‘tite chanson, tiens, pour changer.

https://www.youtube.com/watch?v=8KJ_NbzOz_c

Retrouvez moi sur Google+Facebook, et Twitter.

Rejoindre la conversation

3 commentaires

    1. Merci, merci ! (et merci) Faudra qu’on fasse des choses ensemble, un de ces jours, tiens…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.