Un journal exclusivement sur tablette qui défie les règles de la décroissance généralisée de la presse ? C’est La Presse +. Les détails sont ici : 500.000 téléchargements (800 par jour en moyenne), 150.000 applis ouvertes quotidiennement, une durée de lecture de 44 mn en semaine, 73 mn le samedi et 50 mn le dimanche, 74% des lecteurs n’étaient pas lecteurs du papier, 43% des lecteurs ont entre 18 et 49 ans, la pub y génère déjà 35% des revenus publicitaires du groupe et 68% des lecteurs disent l’apprécier.

« Le traitement des informations territorialisées à un niveau infra-national, pourtant fondamentales au bon fonctionnement d’une démocratie locale fortement mise en avant par le développement de la décentralisation depuis trois décennies, ne bénéficie donc que de très peu de renouvellement et semble majoritairement enfermé dans la célébration des institutions, le culte de l’immobilisme, la fait-diversification et, pour tout dire, un journalisme loin des standards de la presse d’espace public. » Et pourtant, on a essayé de renouveler, mais le succès n’est pas vraiment au rendez-vous, explique-t-on sur le site de l’INA. Sur le même site, décidément riche en mises en perspectives : les conséquences économiques et culturelles de l’arrivée de Netflix sur le marché français. Où l’on apprendra les ravages de l’algorithme et le séisme prévisible dans la production audiovisuelle.

Le secrétaire général de la rédaction du Parisien explique la stratégie numérique du quotidien : « Ces dix dernières années, les sites d’information étaient dictés par la loi de l’audience. Nous nous sommes aperçus que les rentrées publicitaires compensaient les dépenses occasionnées sur le web mais qu’elles ne permettaient pas d’investir. Il faut aujourd’hui sortir de cette logique d’audience et de gratuité pour passer à une logique payante. »

62% des internautes insensibles aux marques sur les réseaux sociaux ? C’est une étude sur 18 000 personnes aus Etats-Unis. Restent beaucoup de chose à faire, dans le dialogue avec les internautes plus qu’en assénant des messages… C’est de la stratégie web, et on peut en parler. Toujours à propos de publicité, les internautes sont de plus en plus nombreux à la bloquer. Et cela pose des problèmes.

La BBC a  utilisé un moyen de diffusion inédit : la chaîne britannique a eu recours en Inde au service de messagerie mobile WhatsApp pour informer ses lecteurs avec trois messages quotidiens en hindi et en anglais.

La vidéo de la semaine vous parle de la vitesse de traitement de l’information, et de ses conséquences. Avec ce que peut coûter un faux twitt…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.