La (re)lecture du Dictionnaire superflu à l’usage de l’élite et des biens nantis de Pierre Desproges est toujours un plaisir. De l’esprit, de l’humour noir, de la provocation, et de l’absurde, beaucoup d’absurde. L’ouvrage à raison d’une entrée par lettre de l’alphabet singe un vrai dictionnaire. D’abord les noms communs, puis un intermède de locutions étrangères et, enfin, les noms propres.Petite particularité, chaque article, d’Alunissage à Zeugma puis d’Afrique à Zamenhof est illustré par une image. Une seule image. Toujours la même image. Seule change la légende. 52 légendes pour une seule et même image qui, du coup, chaque fois, se rapporte à l’article qui suit.

Quatre exemples.

legende desproges 1 legende desproges 2 legende desproges 3 legende desproges 4S’il était besoin d’illustrer l’importance de la légende dans la compréhension d’une image, ou la manipulation d’une information, le travail de Desproges se poserait là.

Notons au passage quatre types de légendes. La première fait appel au participe présent. Voici ce que donne Cousteau lorsqu’il mime l’animal, et cela lui arrive souvent, d’où la tournure verbale. La deuxième légende, au présent, met de l’action, on saisit sur le vif un événement. La troisième joue sur ce qu’on ne voit pas : on montre la conséquence de l’absence de l’objet que l’on aurait pu montrer mais qui n’est pas là. Malin. (Ce n’est pas sans rappeler toutes ces photos de stars nues sous leurs habits). Le dernier exemple, enfin, est purement documentaire, encyclopédique. Un exemple, donc.

Je vous invite donc à vous plonger dans le Dictionnaire de Desproges pour y travailler votre sens de la légende. Et il serait vraiment dommage de ne pas en profiter pour ne pas lire le reste. (Oui, je sais, les doubles négations, c’est mal). (Et les parenthèses, ce n’est pas terrible).

NB : le tableau s’appelle, en fait, « Les derniers moments de Maximilien, empereur du Mexique ». C’est un grand format de Jean-Paul Laurens (1838-1921) visible à Saint-Pétersbourg, au musée de l’Ermitage.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.