Le sourd commentaire

Les commentaires sont l’essence du blog, dans bien des sens du terme. Et, sûrement, le carburant sans lequel le blog n’avance pas vraiment. De la qualité des commentaires, et des commentateurs, dépend en grande partie ce que l’auteur du blog peut retirer de son activité.

En plus personnel : merci à ceux qui laissent ici des commentaires qui font avancer la discussion, et aussi, (surtout ?) à ceux qui savent se montrer conviviaux.

On devrait pouvoir dresser une typologie du commentaire :
– l’intéressé : celui qui veut capter votre audience
– l’intéressant : celui qui fait avancer le schmilblik
– l’amusant : celui qui en remet une couche, et qui la tient bien
– le décalé : qui a quelque chose à dire (d’intéressé, d’intéressant ou d’amusant), mais qui ne sait manifestement pas où l’écrire
– l’impertinent : juste là pour se moquer de vous
– le désagréable : juste là pour vous dire tout le mal qu’il pense de vous, de votre blog, de votre style, de vos opinions, d’un peu de tout à la fois
– le sympathique : celui qui arrive comme une marque d’affection
– le contrariant : non seulement il est désagréable, mais en plus il a raison

Il y a, sans doute d’autres possibilités, des variantes, des intermédiaires… Mais cela me semble déjà un beau début.
J’ai, ceci dit, gardé le meilleur pour la fin, le plus pervers :
– le silencieux : celui qui n’est pas écrit.
C’est celui de ce lecteur, dont vous savez qu’il vous lit régulièrement, qui, parfois, laisse des commentaires, et qui choisit justement de ne pas en laisser sur un billet particulier. On ne le remarque que lorsqu’il est frustrant. Parce que la note écrite aurait justement appelé une réaction de la part de ce lecteur là. Le commentaire silencieux, disons le sourd commentaire puisque celui qui ne l’écrit pas fait la sourde oreille, est peut-être le pire. Allons donc, machin ne m’a pas lu aujourd’hui ? Ce que j’écris devrait le faire réagir ? Que se passe-t-il ? Qu’ai-je fait, dit, écrit, dessiné, sous-entendu pour qu’il ne laisse pas une trace de son passage sur mon blog ?

Evidemment, vous n’êtes pas obligé de réagir à cette note.

Rejoindre la conversation

7 commentaires

  1. Parfois aussi la réponse du bloger au commentaire »sympathique » est « désagréable », donc décourageante…
    C’est mon cas, j’interviendrait plus souvent si Séb Bailly était plus sympa et moins hautain, prétentieux et bobo…

  2. schuey>Oui, j’ai supprimé un de vos commentaires, qui me semblait (de mémoire) plus insultant que désagréable… Plus simple parfois de supprimer que de laisser se développer des polémiques stériles.
    Moi>Votre état civil ici ne me permets malheureusement pas de voir à quoi vous faites allusion précisément. Dommage, je pourrais progresser, peut-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.