L’amour des dictionnaires

QuilletVous, je ne sais pas, mais moi, oui, je les aime. Depuis mon premier Petit Larousse, qui a bien souffert jusqu’aux plus récents, que je m’offre avec parcimonie. Trop de parcimonie, sans doute, ce matin, à Villers-sur-Mer, où la fête de la coquille (Saint-Jacques) battait son plein et que des vendeurs de tout et de rien en profitaient pour faire étalage de leurs breloques. Et parmi eux, un bouquiniste qui proposait le Dictionnaire Quillet De La Langue Française (L’art D’écrire Et De Bien Rédiger) pour 35 euros. Ca m’a semblé cher, sur le coup, et me voilà regrettant mon impulsion de laisser là le vendeur en plan avec ses trois volumes sur les bras. Je les aurais eu, peut-être, pour 30 euros seulement, en négociant un peu, et ça n’aurait pas dépareillé dans ma collection… Une belle pièce, dommage. Mais entre les coquilles, pas toutes de la première fraicheur, et les marchands de saucisses grillées, j’ai été pris au dépourvu.
Cela m’aura permis, au moins, une petite recherche en ligne sur le thème des dictionnaires, et de retomber sur ces pages qui constituent après tout une bonne introduction au sujet.
Personne n’a encore ouvert de blog sur le thème des dictionnaires ? Un érudit passionné qui aurait tout à partager sur le sujet ? Je ne sais pas pourquoi, mais d’un coup, je me dis que cela manque… Peut-être un effet secondaire du passage à l’heure d’hiver. Il fait nuit noire, il est à peine plus de 18h… Il va falloir s’habituer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.