La colonie de Caneilles, un lieu de fin du monde

Caneilles 1C’est au dessus de Saint-Lary Soulan, dans les Hautes-Pyrénées, quelques kilomètres à pied vers l’Espagne, un sentier dans la forêt, et une découverte inopinée : une quinzaine de bâtiments abandonnés, murés, épars.

C’est quelque chose comme une fin du monde. Au milieu de nulle part, des bâtiments tagués, aux fenêtres ici ou là ouvertes et dont on ne sait rien. Un lieu à fantômes, abandonné.

caneilles 2L’appareil à la main, on s’approche des fenêtres aux volets forcés, incertain : qui peut se cacher là, y vivre en douce, s’y être fait son nid ? Des gens sont bien passés, il y a des graphs à l’intérieur, des parpaings arrachés des portes murées, des vitres brisées, mais pas de traces visibles d’occupation. L’on n’est cependant pas rentré pour voir plus profond.

caneilles 3C’est de ces lieux qui ouvrent l’imaginaire. J’ai lu enfant ces romans de littérature scoute que mon père avait lu avant moi. Je verrais bien là, alors, le décor d’un roman de la collection Signes de piste. L’idée me surprend (un Club des 5 irait tout aussi bien). Plus moderne, on en ferait aisément un point de passage pour migrants s’en allant vers le Nord…

caneilles 4Les jeunes en vacances, ou ceux du coin, en ont fait vraisemblablement un terrain de jeu, si l’on en croit les graffitis à l’intérieur ou à l’extérieur. Il ne doit rester dedans que peu de choses de valeur, mais les brefs coups d’œil par les fenêtres battant à tout vents laissent à penser que tout n’a pas encore été arraché aux murs.

caneilles 5Quelques recherches sur Internet lèvent une part du voile. Il s’agit là de la colonie de vacances de Caneilles (c’est le nom du chemin que l’on a emprunté, le chemin de Caneilles), une colonie qui appartenait à la mutuelle générale des PTT. Des enfants ont pris là l’air de la montagne, ont randonné, se sont amusés. Il y a eu des disputes et des premiers baisers. Des parties de foot et des séparations en larmes à la fin de l’été.

caneilles 6

 

Le lieu est disponible à la location pour le tournage de films. On trouve sur l’annonce qui propose un tel service d’autres photos. Parmi les détails, une date de construction 1961-1970, et la mention d’une cuisine, qu’on n’a pas vue lors de notre passage, comme un « lieu remarquable ». Quel film tournerait-on là ? Et l’on aurait fait du cheval ici.

caneilles 7

Une recherche plus tard, c’est la découverte que l’ensemble est en vente : mise à prix 100 000 €. Une bouchée de pain pour « une quinzaine de petits bâtiments dont 8 destinés à l’hébergement ». Les détails sont ceux du genre :  2.076 m² de bâtiments, et 7.938 m² de terrain. Le prix au mètre carré est ridiculement bas, non ? Si l’on se limite aux bâtiment, ce n’est même pas 50 €… Qui dit mieux ?

caneilles 8

Notez qu’à ce prix, la description fait rêver : locaux de restauration ou de jeux au rez-de-chaussée, des chambres, lavabos et WC communs à l’étage, bâtiments techniques permettant le fonctionnement de colonie, l’un abritant la chaudière à gaz, l’autre le compteur électrique, locaux divers de stockage ou maintenance du site. Si cela vous intéresse, l’annonce est là. On n’imagine pas le coût si l’on voulait chauffer ça l’hiver.

caneilles 9

On n’est pas allé voir aux étages, mais les rez-de-chaussées semblent plein de promesses. Quelques travaux sont néanmoins à prévoir, et plus les rigueurs des hivers passent, plus ce sera le cas…

caneilles 10

Finissons avec une carte postale, car il y en a eu une. Et l’on en trouve copie, ici ou là, sur le web. On y voit une partie des bâtiments, un véhicule, et tout le potentiel romanesque du lieu perdu dans la forêt.FDptivVPWgF_Caneilles-St-Lary-1

Rejoindre la conversation

8 commentaires

  1. Génial merci Sébastien pour le prix, je cherchais après la découverte du lieu cet aprèm.
    Ya quelque chose à y faire c’est sûr, un éco-lieu ou quelque chose comme ça.

  2. J’avais 9 et 10 ans quand j’y ai été je faisait partie des enfants de Caneilles …
    On nous racontait des histoires de contrebandiers .De temps en temps selon notre tour d’équipe on épluchait les légumes pour les repas .En ce temps là on mangeais du frais et pas des conserves ! On allait à Tramezargues qui se situe au bout du chemin .Chaque année on nous amenez voir le tour de France dans la montagne au Tourmalet …A Saint Lary il y avait déjà les membres de l’équipe de France qui effectuais des stages. C’est loin j’ai 68 ans maintenant …

    1. C’est amusant car nous avons le même âge et moi j’étais Monique , Monitrice des plus jeunes !!! je suis contente d’avoir trouvé cet article ! j’adorais cet endroit et j’ai dû faire là-bas au moins deux colonies …..

  3. Et oui il y a bien du potentiel sur ce site où j’ai été en colonie en 88, 91 et 92. Il y avait bien une immense cuisine. Je suis revenue sur le site 3 fois depuis, la dernière fois en 2016 et quelle tristesse de voir dans quel état c’est. Mais les souvenirs reviennent à chaque bâtiment, des souvenirs gravés à jamais. Si seulement quelqu’un pouvait y faire quelque chose…

  4. Quelle joie de revoir ce site et quelle tristesse de voir cette colonie exceptionnelle à l’abandon…j’y ai séjourné les étés 1989, 1990 et 1991 , j’avais de 9 à 11 ans. La plupart des enfants venaient ici pour la bonne air des montagnes. C’était bien une colonies des PTT,-France télécom. Nous venions quasiment toute le France. Je me rappelle bien des bâtiments : les dortoirs, le réfectoire, les douches (on traversait toute le colonie avec nos affaires…), l’infirmerie et que dire du terrain de volley-ball et les balançoires… les randonnées tous les jours après la sieste de l’après midi, les activités manuelles diverses, les sorties à St Lary pour acheter des cartes postales, les jeux géants du dimanche et la distribution du courrier et des colis tant attendus après le repas du midi. Les groupes d’enfants avaient des N° : 1 pour le groupe des garçons les plus grand (jusqu’à 13-15 ans) et le groupe des touts petits N°10…Formidables souvenirs, je dois avoir encore des photos de cette époque, rangées dans des cartons…Merci pour ces photos même si elles font un peu mal au coeur…mais les souvenirs restent et c’est le plus important !

  5. La légende raconte qu’il y aurait eu un mort sur des wc dans les locaux… vrai ou faux? Grrrrr

  6. j’y ai séjourné les mois d’aout 3 années d’affilées dans les années 90. D’abord chez les N°3, les N°2 pour finir au pavillon le plus éloigné chez les N°1.
    Perrine, de plus de ce que tu partages, il ne faut pas oublier les booms dans le local des fêtes organisées par Olivier le responsable des N°1, des ballades au champs des PTT ou s’écoulait un ruisseau, la carrière en contrebas du site, le champs des cochons ou se trouvait le terrain de foot.
    Ces photos me font aussi mal au cœur…mais comme tu dis les souvenirs restent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.