Facebook et le texte alternatif des images

Le texte alternatif généré par Google est visible dans le code de la page.
Le texte alternatif généré par Facebook est visible dans le code de la page.

Facebook reconnait automatiquement le contenu des images. En France. Le réseau social analyse avec un gros réseau de neurones numériques le contenu des photos pour en proposer une description : le texte alternatif. Comment ça marche ? A quoi ça sert ?

Alors que la base de connaissance de Facebook indique que « cette fonctionnalité n’est pour l’instant disponible que sur l’application Facebook pour Android et iOS », le texte est accessible également sur desktop.

Parfois, Facebook ne reconnait rien...
Parfois, Facebook ne reconnait rien…

On s’en rend compte lorsqu’on a la chance d’avoir un débit un peu faible : le texte alternatif s’affiche en lieu et place de l’image, le temps que celle-ci se charge. Au pire, en allant regarder dans le code de la page, on peut voir ce qu’il en retourne.

A quoi sert le texte alternatif ?

Principalement à la description des images pour les malvoyants. C’est ce texte qui est lu en lieu et place de l’image par les logiciels adéquats. En formation à l’écriture web, je recommande de renseigner le texte alternatif pour ces raisons d’accessibilité, mais aussi parce que quelques mots-clefs de plus à cet endroit ne doivent pas déplaire à Google pour le référencement.

En fait, c'est un chat.
En fait, c’est un chat.

Pour l’intelligence artificielle, la reconnaissance de formes est un défi plus complexe que gagner aux échecs. Alors qu’un enfant de 3 ans fait correctement la différence entre un chien et un chat, Facebook n’y arrive pas toujours. Dans un article qui date de l’ouverture de la fonctionnalité, NextImpact détaille le fonctionnement de la technologie de reconnaissance de forme :

Concrètement, l’outil de reconnaissance visuelle s’appuie sur un réseau neuronal, dont l’organisation est calquée sur le cortex visuel des animaux. Celui-ci dispose de millions de paramètres et a été entrainé sur des millions d’exemples, sachant que plus de 600 millions de photos sont analysées par Facebook chaque jour

Facebook ne reconnait pas seulement les objets, ne détecte pas seulement la présence de personnes. Le réseau social est également au courant de considérations sur les conditions ou le type de lieu dans lesquels la photo a été prise. Dans cet exemple, la photo est prise en extérieur :

plein-air-facebookReste que le système apprend en continu, et qu’on n’est sans doute pas au bout des surprises que nous réserve Facebook en la matière : la cible des malvoyants et les considérations d’accessibilité, c’est un début. Les applications à imaginer en matière de e-commerce sont sans doute bien plus lucratives… Sauf évidemment si, voulant acheter un chat, vous faites l’acquisition d’un chien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *