Petit exercice de créativité stylistique

Chat buvant du lait
Que fait ce chat ? Est-ce un chat ?

S’il est un travers partagé chez ceux qui écrivent, c’est de toujours retomber dans les mêmes schémas de phrase, le même vocabulaire, la même façon de dire les choses, le même rythme. C’est humain, et le plus souvent inconscient. Ces routines nuisent à la créativité, empêchent d’innover. On fait, encore et encore, la même chose. Comment s’en sortir ?

Si je veux dire qu’un chat boit du lait, j’écrirai :

Le chat boit du lait.

Ce n’est pas idiot. C’est clair. Mais ce n’est pas créatif. La question que l’on se pose aujourd’hui c’est : comment dire la même chose autrement. Et il existe un exercice pour ça. Le principe est simple, on réécrit la phrase en s’interdisant de réutiliser un seul mot présent dans la phrase initiale. Cela peut donner, mais ce n’est pas la seule solution :

Ce petit félin lape un produit lacté.

C’est… différent. Ne portez pas de jugement sur les phrases produites, c’est au fil de l’exercice que vous allez découvrir comment cela enrichit votre style, jusqu’à trouver la façon d’écrire qui vous siéra, et des idées que vous n’auriez pas eues autrement.

Quelques remarques :

Les permutations d’articles ne sont pas si nombreuses : le/la/un/une/ce… On a un choix limité, ne nous interdisons pas de répéter ces éléments là si cela simplifie la vie, mais tenter de ne pas le faire est une contrainte créative intéressante.

Les types de permutations sont en nombre restreint.

Le synonyme

On cherche les synonymes de boire, de chat, de lait, et on échange les mots. C’est simple. Mais des synonymes de lait, cherchez un peu, il n’y en a pas bézef…

La périphrase

Vous remplacez un mot par sa définition, ou une expression plus longue mais équivalente. Le chat est un « félin domestique », par exemple. Le lait « le produit de la traite de la vache », boire, c’est « avaler un liquide ».

L’animal domestique de la famille du lion avale le liquide produit par la traite de la vache.

La métonymie

La métonymie est une figure de style qui consiste à désigner le tout par la partie. Le chat sera « la moustache », par exemple. Le lait sera « le blanc ».

La moustache déguste le blanc.

Pas très clair, mais créatif ! Et si vous visualisez un moustachu le nez dans son verre de Bourgogne aligoté, c’est que vous avez fait un grand pas sur le chemin de la créativité. Pas de métonymie pour les verbes, hélas.

La métaphore

La métaphore est une figure de style qui consiste à désigner une chose par une autre qui lui ressemble ou partage avec elle une qualité essentielle. Ainsi, le lait est comme la vie (c’est une comparaison). On peut utiliser le mot lait comme métaphore de la vie (et inversement). Le chat est peut-être la métaphore d’autre chose, un danseur qui fait des entrechats, celui qu’on finit par appeler le chat parce qu’il avance comme un chat  ? Tiens, et si ma phrase n’était pas plutôt :

Le danseur s’abreuve de la vie.

On est bien loin de la phrase de départ. Mais c’est cela la créativité : ces méthodes qui permettent de trouver ce qu’on ne cherchait pas.

Evidemment en mêlant périphrase, métaphore, métonymie, synonymie, les possibilités créatives sont infinies. N’hésitez pas à proposer votre variations dans les commentaires. Vous trouverez combien d’autres façons de parler de ce chat et de son bol de lait ? Cinq ? Dix ? Cinquante ? Plus vous irez loin, plus le résultat vous épatera.

La créativité éditoriale vous intéresse ? Inscrivez-vous à la newsletter dans la colonne de gauche du site (ou là).

5 réflexions au sujet de « Petit exercice de créativité stylistique »

  1. L’animal qui retombe toujours du bon côté ingère le constituant de base du produit culinaire mou, jaune et gras qui, appliqué sur une tartine, la fera toujours retomber du mauvais côté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *