De la censure sur Facebook

CENSUREAmusé. Je viens de lire un article dénonçant la « censure » sur la page Facebook de Cash Investigation qui appelle quelques commentaires que je fais ici. L’article raconte la mésaventure d’un troll. On peut la résumer ainsi :

  • La personne a deux profils sur Facebook. L’un pour ses activités « normales ». L’autre pour quand il milite, voire quand il trolle, tel qu’il l’admet lui-même.
  • Il utilise donc le deuxième profil pour laisser un commentaire sur la page de Cash Investigation. Commentaire relativement anodin, voire constructif, constitué d’une longue citation de Télérama qui nuance, voire contredit, une affirmation de Cash Investigation. Intéressant, mais peu importe ici.
  • En se reconnectant avec son profil « normal », il s’aperçoit que le commentaire de son profil « troll » n’apparait pas.
  • Et il découvre donc au passage une option de la modération sur Facebook qui existe depuis fort longtemps : la possibilité de limiter la visibilité d’un commentaires d’un profil à ce profil et à ses amis.

masquer

Cela permet effectivement au modérateur de ne pas bannir une personne, de ne pas supprimer son message, de ne pas le signaler à Facebook (ce qui pourrait entraîner de bien pires représailles), mais d’éviter que son débordement pourrisse la vie de ceux qui n’ont aucun lien avec lui. C’est une sorte de purgatoire, une zone de confort pour le modérateur. Un entre deux.

Lorsqu’on se sert de cette option, on l’applique souvent à des profils qui nécessiteraient de nombreuses interventions : ceux qui jouent en permanence avec les limites, qui sont suffisamment intelligents pour ne pas franchir les interdits, et suffisamment fins pour tirer au maximum sur la corde. Bref, c’est une arme anti emmerdeurs chronophages. Le fait que l’inopportun ignore qu’il est masqué est une bonne chose : on n’a pas à discuter des heures avec lui des raisons pour lesquelles il est modéré.

Ccapture-d-ecran-2016-06-17-a-16-23-10e n’est pas forcément le cas du commentaire du profil ‘troll » sur la page de Cash Investigation. Son commentaire est constitué d’un long passage d’un article de Télérama (intéressant, d’ailleurs). C’est juste limite en terme de droit d’auteur. Et ce peut être une raison suffisante pour masquer ce commentaire : il reste ainsi dans la sphère privée de son auteur, et Cash investigation ne peut pas vraiment alors être accusé de complicité dans ce copié-collé un peu sauvage.

Notons tout de même au passage qu’avoir un faux profil sur Facebook contrevient aux conditions d’utilisation du réseau social : on doit s’y exprimer sous sa vraie identité. Et, pour ça, Facebook serait tout à fait en droit de supprimer le profil « troll », sans qu’il y ait à hurler à la censure. Facebook le dit clairement sur cette page :

Facebook est une communauté dans laquelle les gens communiquent en utilisant leur identité authentique. Posséder plusieurs comptes personnels est contraire aux standards de la communauté Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.