J’ai pensé que #297

J'ai pensé que l'absence de tenue de cet enfant, miettes de chips aux lèvres, pieds sur la banquette, hurlements stridents, ne promettait pas ni un banquier coincé, ni un cuisinier de premier plan, mais qu'on ne pouvait jurer de rien.

J’ai pensé que #294

J'ai pensé que s'effondrer, à quelque distance du but que ce soit, c'était toujours s'effondrer. La distinction ne tient que pour le ressort dramatique, qui a besoin de rebonds.

J’ai pensé que #292

J'ai pensé que le foie gras n'avait rien de barbare, et était même un des sommets de la civilisation. Et qu'on arrête de nous gaver avec le sort des volatiles !

J’ai pensé que #291

J'ai pensé que l'on n'avait jamais vraiment écouté ce qu'avait à dire le petit garçon qui refusait obstinément de manger ses légumes et qui maintenant, vieilli, bloquait la rue avec son utilitaire, tout occupé à sa livraison de cageots de haricots verts à l'épicerie du bout de la rue.

J’ai pensé que #290

J'ai pensé que le contenu de cette phrase avait moins d'importance que le fait qu'elle existe, car il en fallait bien une pour avancer d'un cran de plus vers la 365ème.

J’ai pensé que #288

J'ai pensé que le dimanche, on aurait le droit de ne pas penser. Mais qu'en plus des autres jours, cela finissait par faire beaucoup.