1er juillet – Olivier

A chaque jour suffit sa peine, et ce qu’il faut pour que le corps dure, que les muscles tiennent et que les équilibres subtils se maintiennent encore un peu. Jour après jour, les petites pilules s’ajoutent les unes aux autres. Quatre fois par jour, un cocktail de molécules dont j’oublie les noms malgré celle qui… Poursuivre la lecture 1er juillet – Olivier

30 juin – Martial

Comment rester insensible à l’érotisme ferme du melon qu’on fait rebondir sur sa paume pour en jauger la maturité ? Les malotrus tentent d’en arracher le pédoncule, les curieux reniflent la bête. Techniques de barbares. C’est au rebond dans la main que l’expert détermine si le fruit est à point. Le melon idéal n’est ni… Poursuivre la lecture 30 juin – Martial

29 juin – Tabatha

Coup de génie : le concepteur de ce spray anti-moustique a eu la bonne idée de le vendre avec un baume après-piqûre. Une sacrée bonne idée, oui ! Soit le spray fonctionne, et les moustiques ne piquent pas, auquel cas, c’est une façon ingénieuse de vendre un produit qui ne sert à rien pour soigner… Poursuivre la lecture 29 juin – Tabatha

28 juin – Irénée

L’été, en famille, maison de campagne, jours de grande chaleur. Les parents boivent du rosé à l’ombre sur la terrasse. Jeux d’eau pour les enfants. Les abeilles butinent les massifs de rosier. On court après les plus jeunes pour qu’ils gardent une casquette et un T-shirt. On rit. On ressort une bouteille de rosé. Les… Poursuivre la lecture 28 juin – Irénée

27 juin – Fernande

Je suis sur une chaise de la cuisine, au milieu du salon, les bras dans le dos, les pieds maintenus par du ruban adhésif qui m’empêche aussi d’appeler à l’aide. Ils m’ont immobilisée là, puis ont vidé méthodiquement tous les placards. Il n’y avait rien que quelques billets, des économies, mais si peu qu’ils auront… Poursuivre la lecture 27 juin – Fernande

26 juin – Maxence

La rose pour dire qu’on aime, et l’orchidée pour la passion suprême dont les nuances changent avec les couleurs. J’en offrirai des blanches pour dire la pureté d’un sentiment qu’aucune perversité n’entache. Rouges, elles nous dévoreraient. Nous n’y survivrions pas. L’orchidée blanche, c’est la justesse d’une déclaration que rien ne pousse à craindre. On n’y… Poursuivre la lecture 26 juin – Maxence

25 juin – Eléonore

Ce n’est pas parce que la fin du monde est proche qu’il faut se laisser aller. Au contraire. Jusqu’au bout, se montrer digne et résister, droite, le regard sur l’horizon. Ne tremblent que les faibles. Avoir peur de quoi ? Quand il y n’y a plus d’option, juste faire face à l’inéluctable : tout s’écroule… Poursuivre la lecture 25 juin – Eléonore

24 juin – Jean

Elle a cru que j’allais l’embrasser, pour de vrai, mais non, elle ne m’attirait pas du tout Paulette. Je me suis approché, et ça a failli, mais j’ai tourné la tête juste au moment de lui toucher les lèvres et j’ai léché sa joue, franchement, de bas en haut, avec application. Elle a eu un… Poursuivre la lecture 24 juin – Jean

23 juin – Paulette

C’est juste avant de l’embrasser que je glisserai sous ma langue le bonbon qui explose en bouche et met du piment là où seule la douceur serait attendue. Il aura voulu un baiser de cinéma, et voilà les effets spéciaux qui s’invitent à lui mettre les larmes aux yeux. Ce premier baiser, il s’en souviendra,… Poursuivre la lecture 23 juin – Paulette

22 juin – Albane

Éplucher, découper, assaisonner, manger. En dés ? En rondelles ? En lanières… Va savoir. Par quelque bout qu’on prenne le monde, ce sont toujours des choix à faire. Parfois totalement anodins, ou cruciaux, sans qu’on sache toujours les conséquences. Ça change quoi des cubes ou des rondelles ? Et de quelle taille ? Ou de… Poursuivre la lecture 22 juin – Albane